Jeep M201 Sahara

Jeep M201 Sahara

Tôlerie, épisode 2

Circuit essencePosté par Big One 21 sept., 2018 15:02:17

J’ai pu travailler à nouveau un peu sur le réservoir #1. Lors de mon précédent message, j’avais soudé les 2 nervures sur l’enveloppe extérieure. Avec une sangle à cliquet, j’avais commencé à mettre la tôle en forme. Ce n’était pas une bonne idée. La sangle n’était pas assez forte pour mettre le métal en forme. Elle a même fini par lâcher.

J’ai donc commencé à mettre la tôle en forme petit à petit. Elle doit épouser une courbure d’un quart de cercle d’un rayon de 3cm. Elle s’est gentiment mise en place et dès que j’ai eu un contact suffisant avec les 2 nervures, j’ai soudé. Après la première courbure, la tôle remonte verticalement sur quasi 10cm : J’ai également pu souder. La deuxième courbure était plus facile à faire car il ne me fallait que rabattre un grand pan de tôle sur la face supérieure du réservoir. J’ai donc obtenu ceci.

Il ne fallait plus que rabattre la tôle du bas vers le haut pour fermer le réservoir. Problème : je n’avais pas assez de prise. Ce fut impossible à faire sans outils.

J’ai dû donc sortir l’artillerie lourde, à savoir le marteau de carrossier. À grands coups j’ai pu remonter la tôle sur les nervures et j’ai pu fermer le tout. Je n’ai pu éviter des coups marqués dans le métal, mais ils ne seront pas visibles. Puis ça donne un côté vécu…

Le problème suivant est venu du fait que je me suis concentré sur la tôle le long des nervures. Or, sur les extrémités, la tôle baille un peu. Je pensais naïvement que les courbures seraient uniformes. Il n’en est rien.

Ma face avant ne rentrait pas à son emplacement. À nouveau, une et une seule solution, le marteau.

Finalement j’ai pu insérer tant bien que mal la face avant du réservoir.

Ensuite, soudure sur tout le pourtour.

Et passage à la disqueuse pour rendre le tout un peu plus propre.

La suite au prochain épisode avec le placement de la face arrière!

A+





  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post83

Tôlerie épisode 1

Circuit essencePosté par Big One 06 sept., 2018 20:07:04

Il faut bien se lancer un jour. C’est-ce que j’ai fait lundi passé en commençant la construction de mon réservoir secondaire. Je suis tout d'abord passé à la FNAC pour acheter un ouvrage indispensable à sa réalisation :


Puis, armé de mon courage et de ma naïveté de tôlier débutant, je me suis rendu chez mon grossiste en métaux divers et j’ai ramené différentes pièces prédécoupées en 1mm d’épaisseur.


Ceci n'est pas (encore) un réservoir secondaire de Jeep:


Comme mentionné précédemment, je vais construire 2 réservoirs. Cela me permet de me faire la main sur le premier et d’éviter de commettre des erreurs sur le second.


La première étape fut la réalisation des nervures. Chaque réservoir possède 2 nervures internes. Elles assurent la rigidité de l’ensemble et compartimentent le réservoir. Elles doivent donc être percées de trous laissant passer le combustible. J’ai fait les trous un peu au hasard.

Et voici les 4 nervures finalisées:


Ensuite, j’ai commencé les faces du réservoir. Il faut solidifier la tôle en dessinant un X dans la tôle. C’est ici qu’intervient la moulureuse.

Ma moulureuse étant manuelle, j'y ai bidouillé un moteur à rotation continue, made in Belgium, bien évidemment:

Mon premier X laisse un peu à désirer. Le 2ème est beaucoup mieux. Il se peut que j’en tente un troisième encore plus beau !!!


Ensuite j’ai solidifié le sommet de ma tôle externe, toujours avec la moulureuse, et j’ai soudé mes 2 nervures sur la face supérieure du réservoir.


Je vais maintenant mettre la tôle en forme en utilisant des sangles à cliquet afin d’emballer mes 2 nervures.

Bon, pour l'instant, j'ai toujours un petit problème d'étanchéité.

La suite au prochain épisode…

A+





  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post82

Finition...

transformation / rénovationPosté par Big One 31 août, 2018 11:32:54

Dans mon article Peinture et subconscient professionnel, j’avais expliqué comment un logo d’une radio autrichienne avait influencé le logo du 3ème groupe de Transport se trouvant sur mon parebrise.

C’était comique, mais pas assez authentique. Donc petit à petit, ça a commencé à me chipoter, jusqu’au jour où je me suis dit : Ça ne va plus, il faut changer tout ça !!!

Je me suis donc remis à analyser les logos peints sur les Jeep, mais aussi sur les Berliet du 3ème GT afin de trouver un modèle à reproduire. Une constante à nouveau : ce sont des logos peints en unité, il n’y en a jamais 2 fois le même.

Voici quelques logos que j’ai pu trouver :

Et voici l'agrandi du logo que je dois approcher:

Après analyse il ressort que :

-Le logo est composé de la croix d’agades rouge sur laquelle est peinte une roue crantée verte. Au milieu de cette roue crantée on distingue encore du rouge

-le logo peut contenir du doré sur son contour.

-Il doit faire référence au 3ème GT, donc doit contenir un 3 au minimum


J’avais également vu un logo de Jeep du 4ème hussard, et elles avaient sur leur parebrise un 4 peint au pochoir avec en fond les couleurs de l’unité. J’ai trouvé l’idée bonne et j’ai donc adapté pour la Saharienne.

Il m’a fallu d’abord trouver le bon 3.

Puis j’ai recouvert l’ancien 3 stylisé et trop moderne par le nouveau, et j’ai peint le contour de la croix saharienne en doré. J’obtiens donc un logo beaucoup plus « vintage » qui me convient beaucoup mieux

Parallèlement, comme j’avais sorti les pots de peinture et le White Spirit, j’ai également finalisé mon jerrican à eau. Les 3 poignées sont peintes en bleu. Plus possible de se tromper maintenant, il doit contenir de l’eau !!!!!!









  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post81

Analyse du réservoir

Circuit essencePosté par Big One 24 août, 2018 20:20:19

Comme promis dans mon précédent article, il est temps de s’attaquer à du lourd, j’ai nommé, le réservoir secondaire de la Jeep Sahara.

Alors, il est clair, je pourrais en acheter un tout pourri chez Jeep Dodge et GMC, mais ils demandent 480€. Pire, alors qu’ils se prétendent spécialistes, c’est moi qui leur ai identifié cette pièce et ils ont augmenté leur tarif après. Depuis, il ne trouve évidemment pas preneur. Et moi je me suis juré de ne pas l’acheter, tant je trouve ce genre de comportement totalement non-commercial. Rien à voir avec l’équipe super pro du Sud Est…

Or donc, j’ai décidé de réaliser ce réservoir moi-même. Les lecteurs assidus se souviendront de mes tours de passe-passe afin d’avoir un semblant de réservoir sous le siège. J’avais tout d’abord acheté un réservoir de CJ, coupé sur un coin ce qui permettait de le placer parfaitement.

Mais, la rénovation avançant, l’envie de perfection me gagnant, je m’étais résigné à ne pas l’utiliser car il n’avait ni la forme, ni les dimensions exactes.

L’idée m’était ensuite venue d’en faire un en trompe l’œil, avec… du bois !!!! J’avais la forme, les gens ne voyaient pas la différence, mais bon, ça restait du bois.

Ensuite, j’ai eu l’idée de modifier le premier réservoir et de lui donner la forme du réservoir original. Un lourd travail de soudure me procura un très beau réservoir factice, mais aux dimensions légèrement différentes de l’original. Pire, moi qui veux avoir ce réservoir fonctionnel, ce dernier était pire qu’une passoire.

Cela ne me convenait pas. J’ai donc décidé de me lancer.

Mais avant cela, nous allons le passer en revue afin de voir tous les petits détails qui le caractérisent. Pour ce faire, nous allons analyser toutes les photos que j’ai pu en trouver.

Alors, tout d’abord regardons une photo de la Jeep de Patrick Tedeschi. Le réservoir secondaire se place sous le siège passager, ce dernier étant adapté. Un affut de mitrailleuse peut être installé au milieu de la caisse, mais légèrement décentré vers la droite. A cause de cela, un coin du réservoir est coupé.

Grâce à Jeep Dodge et GMC, j’ai obtenu les dimensions exactes du réservoir. Cela m’a permis d’en dessiner un rapide plan. Il sera construit avec de la tôle de 1mm.

J’ai repris le profil du réservoir de CJ que je possède pour l’arrondi.

L’ouverture de remplissage doit se trouver en face du trou prévu à cet effet dans l’assise du siège. Or, cette assise est la même que pour le siège conducteur, le trou est donc également décentré sur la gauche.

On constate 4 rainures de renfort sur le dessus. Les 2 rainures du milieu sous-entendent la présence de 2 nervures internes.

Et sur les côtés, on trouve également un dessin de renfort de la tôle en forme de X, mais avec une branche qui se plie.

J’ai retrouvé ce même dessin sur un réservoir de CJ en vente sur 2ememain.be.

Lorsque l’on retourne le réservoir apparaissent le bouchon de vidange, la sortie d’essence, ainsi qu’une petite cavité bombée vers l’intérieur.

Le réservoir est déposé à même le plancher de la caisse, or une vis de fixation de cette dernière au châssis est présente en plein milieu. La cavité permet donc à cette vis de ne pas gêner.

La caisse des Jeep Sahara est trouée en 2 endroits afin d’accéder au bouchon de vidange et à la sortie d’essence.

Concernant le montage, je partirai d’une tôle de 160cm de long sur laquelle je viendrai souder les 2 nervures internes. Je suis toujours à la recherche de la meilleure solution pour attacher les côtés afin d’obtenir mon étanchéité.

Par contre, il me faut effectuer des rainures. J’ai donc investi dans un moulureuse. Elle est arrivée hier, et j’ai pu faire mes premiers tests cet après-midi.

La semaine prochaine j’irai chercher les tôles et on se jettera dans le bain. Je compte faire 2 réservoirs, en parallèle. J’entends déjà des hussards qui se réjouissent !!!

A+













  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post80

On va s’y remettre….

DiversPosté par Big One 13 août, 2018 14:03:58

...ou pas tarder!

Les vacances sont finies, je vais enfin retrouver un peu de temps pour la Jeep et par la même occasion le blog. Mais avant tout, petit état des lieux des travaux futurs :

1. Circuit essence : C’est le gros du travail. Je suis en train de rassembler les pièces pour faire le circuit secondaire, et j’analyse les possibilités de construction d’un réservoir secondaire. J’ai envie de le faire moi-même mais je ne sais pas si j’y arriverai. Qui ne tente rien… Faudra pas oublier l'usinage du collecteur, la finition du filtre à essence secondaire, l'adaptation des tubulures. J'ai une Jeep qui roule, et je voudrais que cela reste...
2. Finition Jeep : Je commence à tout doucement vouloir pousser la transformation au maximum et donc je vais me mettre à la recherche d’un poste radio ANGRC9 et je placerai une 2ème roue de secours comme sur la photo suivante de la Jeep Sichler.

3. Bavox : je dois toujours le rendre fonctionnel.

Parallèlement à ça, la Jeep et le blog ont gagné en visibilité, tout d’abord grâce au site véhiculesmilitaires.com sur lequel je suis inscrit et qui organise tous les mois un concours photographique. Première petite « récompense » pour la Saharienne, elle a été élue « playmate » du mois d’avril sur ce forum. Je me suis inscrit sur ce site très sympathique il y a quelques mois afin de présenter mon projet et d’éventuellement rentrer en contact avec d’autres Jeepers avertis. Ce n’est pas grand-chose mais cela prouve que le travail accompli depuis fin 2016 va dans la bonne direction. Cela m’a permis d’avoir la Jeep dans la bannière du site pendant 1 mois.

Le Bon Coin
Afin d’attirer de nouveaux membres sur le forum, l’administrateur de véhiculesmilitaires.com place chaque mois une pseudo annonce sur Le Bon Coin dans le but de faire de la pub, et ce avec la photo gagnante. La surprise fut grande lorsqu’en effectuant une recherche de pièces pour Willys sur Le Bon Coin je suis tombé sur la photo de la saharienne. Je vais commencer à demander des royalties si ça continue…

4x4 Story
J’ai acheté ma Jeep en 2001 et à l’époque à côté de mon attrait pour le véhicule, je ne connaissais rien. J’ai découvert les Jeep Hotchkiss lors de l’achat de la mienne. Je voulais une Willys, puis j’ai trouvé sympa ces Jeep françaises et par chance je suis tombé sur une M201 dans des marquages rappelant la Légion. Je me suis donc très vite renseigné sur Internet et 2 sites en particulier furent une source importante d’informations, à savoir le site en anglais M201.com d’Andrew Carter, et le site en français hotchkissm201.fr de Jean-Louis Martin. C’est d’ailleurs sur ce site que j’ai commencé à m’intéresser aux sahariennes quelques années plus tard. En 2016 j’ai présenté mon projet sur le forum SOS Jeep en détresse, et j’ai tout de suite eu un retour positif de la part de Jean-Louis. Il m’a fortement aidé en me fournissant de la documentation technique et en répondant à certaines de mes interrogations. Voyant l’avancement positif du projet et du blog, il m’a proposé de coécrire un article avec lui pour la revue 4x4 Story. 2 articles sont prévus avant la fin de l’année. C’est également une superbe récompense pour le travail effectué et je ne peux que vous recommander d’aller acheter ces 2 numéros du magazine lorsqu’ils sortiront. Grand merci à Jean-Louis pour cette chouette collaboration et pour la bonne entente durant la rédaction de l’article.

Le blog a d’ailleurs gagné également en visibilité sur le site de Jean-Louis.

Enfin, seule ombre au tableau, SOS Jeep en Tristesse :
Je suis inscrit depuis quelques années sur le forum sosjeependétresse et lorsque je me suis lancé dans ma transformation de Jeep, j’y ai posté un message pour présenter mon projet afin de pouvoir recueillir des informations. Ce site contient de nombreux tutos très pratiques. J’ai par exemple cet hiver rénové mes freins grâce à un de ceux-ci.
Mais visiblement ma philosophie assez positive ne cadrait pas sur le site puisque j’ai tout bonnement été exclu du site après avoir osé mentionner une erreur dans un tuto. Voilà. Comme dirait Lino : " Les cons(ndlr :fucius), ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait…"

Sur ce, je m’y remets

A+





  • Commentaires(2)//sahara.jeepbigone.be/#post79

Allez les DIABLES!!!!!

DiversPosté par Big One 23 juin, 2018 19:06:54


Vacances obligent, les travaux et les recherches vont se ralentir. Je mets donc le blog dans un repos estival bien mérité.

A+ et allez les DIABLES ROUGES!!!!!





  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post78

Carter (la suite)

Nouvelle(s) pièce(s)Posté par Big One 16 juin, 2018 17:39:27

Cette semaine j’ai terminé ma reproduction du carter de protection du circuit d’Essence secondaire de la Jeep, grâce aux plans et maquette envoyés par Patrick Tedeschi.

Je vous détaille les travaux. Je ne suis pas satisfait à 100% de mon boulot. Je dois m’améliorer dans le travail du métal, mais bon, on ne s’improvise pas carrossier-soudeur en 5 minutes…

Donc il y a 2 semaines j’avais reproduit le carter de la pompe électrique Autopulse dont voici les pièces avant montage.

Cette semaine je me suis attaqué à la plaque de protection du filtre à essence secondaire se trouvant en amont de la pompe électrique.

Cette pièce est en tôle de 1mm et possède un double pliage sur sa partie supérieure.

Les pliages ont été effectués à la force des mains et au marteau. Je trouve le résultat satisfaisant, mais ça fait encore un peu trop artisanal. Enfin, cela lui donne l'impression d'avoir vécu...

Voilà le premier montage à blanc avant peinture :

Le montage sur l’atelier après la couche de beige :

Et enfin le montage sur la Jeep, mais sans la pompe Autopulse. On parlera dès lors de montage cosmétique (j'entends les rires d'un Hussard parachutiste jusqu'en Belgique...) !!!!!

Mais vu de cet angle...

...on ne voit que le carénage ce qui est un détail que seuls les amateurs avertis remarqueront !

Et comme je le répète souvent : l’effet est saisissant !!!!





  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post77

Aucunes sahariennes (version 2018)

DiversPosté par Big One 06 juin, 2018 09:41:36

Etant parfois rabroué sur certains sites ou forum pour mon intérêt quasi exclusif pour les Jeep Hotchkiss M201 Sahara 24V de 1962 du 3ème Groupe de Transport à Reggan entre 1966 et 1967, ce qui constitue il est vrai un sujet de niche assez pointu, je vais donc tenter de démontrer aujourd’hui qu’il n’en est rien. J’aime les Jeep, toutes les Jeep, de toutes les couleurs, et j’ai d’ailleurs l’impression de ne pas avoir assez avec une. Je me verrais bien propriétaire de 3 ou 4 Jeep différentes que j’utiliserais en fonction de mes envies et de mes humeurs. Mais bon, il faut payer la maison, le ménage, les vacances, les stages des petits… Oups, je m’égare.

Or donc, aujourd’hui, je ne vous parlerez pas de sahariennes, mais je vous propose un petit reportage photo effectué à Vienne (je bosse en Autriche) lors de l’édition 2018 du rassemblement de véhicules militaires anciens « Auf Rädern und Ketten ». Et cette année encore, les Jeep étaient présentes en grand nombre.

Commençons tout d’abord par cette sélection de Jeep US :

Celle-ci est équipée d’une barre de traction

Un atelier de réparation reconstitué

1 MB early Slat Grill

1 Jeep et 1 Dodge de l’USMC :

1 magnifique Ford GPW de l’Air Police peinte en bleu dans un schéma assez peu conventionnel mais bien accrocheur.

Assez rare aussi, une Jeep Follow Me.

Et une Jeep « blindée » armée d’une point 50. En y regardant de plus près, j’ai pu constater que le blindage était en contre-plaqué, mais le rendu était assez parfait. Dire que j’avais eu des scrupules en construisant l’an passé mon second réservoir en bois pour la Saharienne (voir article « Menuiserie »)

Toujours dans les Jeep US, une Willys M38…

Et une M38A1 en configuration Guerre de Corée.

Enfin, quelques Jeep aux couleurs de l’armée autrichienne après-guerre. Une configuration assez rare dans nos contrées évidemment.

Toujours une Jeep autrichienne, mais équipée d’un canon de 106 sans recul.

Enfin terminons pour les Willys par 2 Jeep anglaises, la première en camouflage Mickey Mouse noir et kaki…

Et la dernière dans une couleur enfin présentable, un magnifique beige de la 8ème Armée ! Pas de sahariennes certes, mais néanmoins une Jeep du désert !!!

Et tant qu’on est dans le beige, je ne résiste pas à vous montrer pour finir ces quelques photos d’une magnifique Kubbelwagen et de 2 Schwimmwagen.

Promis, pour mon prochain article, on retourne dans les environs de Reggan-Plateau !

A+















  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post76

Les marquages des Jeep Sahara

DiversPosté par Big One 01 juin, 2018 14:13:11

Je vous propose aujourd’hui un petit exercice de style visant à présenter les marquages spécifiques de différentes Jeep sur base d’une photo récente de ma Jeep sans son lot de bord spécifique. L’objectif est de vous donner des idées s’il vous prend l’envie de transformer votre Jeep en Saharienne (ou de repeindre votre saharienne de hussard en beige…). Je ne présenterai que des marquages sur les Jeep 24V et pour ce faire, mon allié du jour s’appelle Photoshop.

Mais avant d’aborder les marquages spécifiques, passons en revue les caractéristiques communes aux Jeep Sahara. Tout d’abord la peinture.

J’ai opté pour la couleur sable vendue chez mes fournisseurs du Sud-Est. J’ai pu comparer cette couleur avec les restes de peinture originale se trouvant sur le siège passager saharien et c’est quasi identique. Toutefois, au vu de certaines photos d’époque, il semblerait que certaines sahariennes aient été peintes plus claires, dans une couleur beaucoup plus satinée. De toute façon, il ne faut pas plus se formaliser. Les Jeep était probablement repeinte en unité, et les teintes n’étaient certainement pas toujours les mêmes, même en sortie d’usine. Pour preuve, ces photos qui permettent de comparer les différences de ton.


Certes, sur une photo tout joue, de l’appareil à l’ensoleillement. Mais je reste convaincu d’avoir à faire à des beiges différents.

Sur cette autre photo d’ailleurs, on distingue une différence entre le beige de la Jeep, et le beige du jerrican repeint dans une couleur sable différente.


Passons aux marquages proprement dit : vous constaterez que les différences entre les Jeep ne sont pas énormes, mais comme je le dis toujours, tout est dans le détail. Et le premier détail qui est important, c’est la plaque d’immatriculation. En effet, j’ai identifié 2 séries de plaques d’immatriculation de sahariennes 24V ayant été déployée en Afrique du Nord. Il s’agit pour l’année 1961 des plaques allant de 211 4004 à 211 4089 et pour l’année 1962 des plaques allant de 221 2130 à 221 2196. Il vous faudra donc choisir une plaque dans ces séries. Des sahariennes ont été construites fin 1962 et en 1963, et sont sorties d’usine en beige, mais elles ne furent pas déployées dans le désert et ont été repeintes en kaki. J’aborderai ce point à la fin de l’article.
Concernant l’écriture sur la plaque, vous avez le choix entre la police de caractère que j’appellerai « sortie d’usine » :

Autre possibilité, les pochoirs ou peintures à main levée faits directement en unité et pour ceux-là, tout est permis :

Les Jeep de cette époque ont toujours les extrémités du pare-chocs avant ainsi que les 2 pare-chocs arrière peints en blanc.

Autre détail incontournable des Jeep Hotchkiss en général, la grenade avec son 1. Pour rappel, ce sigle est une indication de la classe de transport du véhicule. Sa position varie en hauteur comme on le constate sur ces 2 Jeep dont les immatriculations se suivent (211 4055 et 211 4056).

Notons que cette grenade est parfois absente, ce qui me conforte dans mon idée de Jeep repeintes sur le terrain dans les ateliers d’échelon. Après repeinture, on ne prend pas la peine de remettre la grenade.

Passons maintenant au photoshopage, à la photshopification !!


1. Jeep de présentation Hotchkiss Sahara 24V

La Jeep 211 4004 est la Jeep utilisée dans le manuel de présentation des Sahara 24V. Elle ne possède donc encore aucun marquage d’unité mais on distingue un numéro 18 peint au pochoir sur le tablier du pare-brise et sur les côtés de la Jeep. Je n’ai aucune idée de sa signification. Si vous voulez faire une Jeep sortie d’usine, il faut vous diriger vers ce modèle.

2. Jeep 3e GT (2x)

La première photo est celle de ma Jeep peinte aux couleurs du 3e GT. Sur le tablier on distingue à droite le symbole du 3e GT. A gauche, l’as de pique indique qu’il s’agit d’une Jeep de la Compagnie de Commandement. L’as est également présent sur le pare-chocs arrière droit, entre 2 lignes verticales.


Voici une autre Jeep du 3e GT, mais associée au 2ème Peloton de la 1ère Compagnie, comme l’indique l’as de carreau bleu. Notez la position légèrement différente de la grenade.


3. Jeep Légion:

Voici maintenant une Jeep de la légion. Immatriculée 221 2162, elle a son pare-chocs peint en blanc. La plaque est centrée et sur les 2 extrémités, on distingue à gauche les couleurs de la Légion, et à droite, un marquage de Peloton. Notez le coffre à outil de couleur kaki, le rond rouge sur le tablier gauche du pare-brise, ainsi que le couteau de la Légion, sur une plaque fixée à la calandre.

4. Jeep Gendarmerie

Voici un marquage que j’apprécie particulièrement. Le tablier du pare-brise est peint en noir et il est écrit GENDARMERIE dessus. Sur le pare-chocs, à gauche du drapeau français, on voit la grenade de la gendarmerie peinte au pochoir en blanc sur un fond noir.

5. Jeep gendarmerie prévotale

Marquage assez proche de la Jeep précédente, mais il est inscrit GENDARMERIE PREVOTALE. Le pare-chocs est repeint en noir sur sa partie centrale.


6. Jeep 12e CSM

Sur ce marquage, je n’ai aucune certitude. Je vous renvoie aux différents articles dans lesquels je l’aborde (« 2nouvelles photos », « Calandres », « C’est Papy Mougeot »). Il s’agirait donc d’une Jeep de la 12e Compagnie de Service et de Matériel, et dont la calandre est peinte dans les couleurs de cette unité, à savoir en jaune et rouge.

7. Jeep 1er RHP

Enfin, terminons avec une Jeep Sahara de 1963 associée au 1er Régiment de Hussards Parachutistes à Tarbes en 1968 dont le photoshopage m’a fait pousser quelques cheveux gris (et d’ailleurs je ne suis pas satisfait, mais pris par le temps je n’ai pu faire mieux... J’arrangerai cela plus tard…). Il s’agit d’une saharienne qui a été repeinte en kaki. Une reproduction de saharienne en couleur sable, c’est rare. Mais une saharienne kaki, ça l’est encore plus. Il paraitrait qu’on en ait vu une dans le sud de Paris…


Sur le pare-chocs, on constate que les parties gauche et droite ne sont pas peintes en blanc comme c’est d’habitude le cas sur les Jeep de cette époque. À gauche on voit les couleurs du 1er RHP, blanc et bleu. À droite, soit rien (comme représenté ici), soit un insigne tactique, soit un insigne parachutiste peint en bleu.
Passons à l’immatriculation. La plaque est centrée. Quant aux numéros de plaques possibles, j’identifie 1 série en fin 1962, et 2 en 1963.
Pour 1962, les plaques vont de 221 2282 à 221 2291. Les 3 Jeep que j’ai trouvées dans cette série ont été équipées du système ENTAC.
En 1963, j’identifie 2 séries de plaque d’immatriculations appartenant à des sahariennes : de 231 186y à 231 1912 et de 231 3413 à 231 3430. Beaucoup de ces Jeep ont été équipées du système ENTAC. Il existe quelques photos de ces Jeep du 1er RHP sans système ENTAC et la seule Jeep que j’ai trouvée immatriculée dans cette configuration est la 231 1901. Par contre, les plaques suivantes sont utilisées sur des Jeep « ENTACquisée » : 231 3413, 231 3427, 231 3428, 231 3429, 231 3430 231 6632. À vous de choisir une plaque parmi ces séries.

Un filet de camouflage trouve sa place sur le capot.

Notons enfin que ces Jeep étaient souvent équipées d’une mitrailleuse AA52 avec un affut côté passager.


Voilà, j’espère avoir pu vous donner des idées de restauration ou de rénovation.

A+







  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post75

Le carter de la pompe Autopulse

Nouvelle(s) pièce(s)Posté par Big One 25 mai, 2018 22:15:43

La semaine passée, j’ai pu consacrer une journée à la reproduction du carter de la pompe électrique Autopulse qui se trouve sur le longeron avant gauche de la Jeep. Je dois remercier pour cela Patrick T. qui m’a fourni les plans et une maquette faite sur base de pièces originales qu’il a pu étudier. Je ne devais donc que reproduire bêtement, et c’est ce que j’ai fait !!!

De par sa position le long du châssis, à un endroit assez exposé, la pompe Autopulse fut munie d’un carter de protection. On l'aperçoit sur de nombreuses photos d’époque grâce à sa forme en tête de diable inversé (un diable rouge évidemment).

Après analyse de la documentation reçue de Patrick…

…avec en autre ce magnifique crayonné qui reprend la forme exacte des flancs de protection…

Et étude de la maquette en taille 1/1...

J’ai sorti la disqueuse afin de découper mes pièces :

Ces dernières ont été soudées et voici mon premier montage de la pompe dans son carter :

C’est bon, on passe une couche de primer :

Ensuite peinture en beige et montage avec la pompe.

Et enfin essai de présentation de la pompe à sa future place, sur les supports que j’avais préalablement soudés il y a quelques semaines (voir article « la métamorphose se poursuit »)

Il est intéressant de noter que la pompe ne peut pas se démonter indépendamment du carter. En effet, les vis qui la fixent au carter sont inaccessibles une fois ce dernier fixé au châssis. Donc si vous devez changer la pompe, vous devez poser tout le carter.

Dernier travail effectué, j’ai percé 3 trous dans la traverse du châssis, afin de placer le carter de protection du filtre à essence qui se trouve à cet endroit.

Le plus important c'est que malgré ces travaux, je trouve toujours le temps d’aller faire une petite balade dans la région.

A+















  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post74
Suivant »