Jeep M201 Sahara

Jeep M201 Sahara

Calandres

DiversPosté par Big One 15 févr., 2018 21:49:26

Dans mon article intitulé "2 nouvelles photos" du mois passé, j’avais pointé la calandre d’une Jeep Sahara (probablement la 211 4010) peinte en 2 couleurs et qui faisait penser aux Jeep de la circulation routière.

Toutefois, 3 détails avaient attiré mon attention :

Le premier est la surface de la peinture. En effet, toute la calandre est généralement peinte or ici un carré est peint sur la calandre sur la partie située devant le radiateur et dès lors la calandre autour des phares est dans la couleur d’origine de la Jeep.

Ensuite, la partie blanche est située en bas (à droite donc) par rapport au vert, or sur la Saharienne, la peinture plus claire est placée au-dessus.

Grâce à mes (nombreux) lecteurs assidus j’ai pu retrouver une peinture tout à fait semblable sur une Jeep Willys ITM d’Indochine. En voici la photo :

Donc, cette Jeep Sahara pourrait être une Jeep de la circulation routière mais c’est là qu’intervient le troisième détail. Je doute en effet de la couleur blanche et verte de la calandre. En effet, j’avais pointé dans mon précédent article le contraste entre la couleur blanche et la couleur beige sur le pare-chocs.

Or sur la calandre ce contraste n’est pas aussi marqué et donc la partie peinte en claire n’est probablement pas blanche, mais d’une couleur claire assez proche du beige. Je pense à du jaune. Et si ce n’est pas du blanc, aucune raison que l’autre couleur soit verte.

Pour valider cette hypothèse j'ai trouvé un software qui permet de colorier une photo en noir et blanc et voici le résultat:

Les Jeep sont bien beiges et la calandre apparait en jaune et orange, hypothèse que j'avais formulée dans mon article précédent. Toutefois, ce n'est toujours pas une preuve, et en outre je ne sais pas à quelle arme pourrait bien appartenir une telle Jeep.

Je me suis donc mis en recherche de photos de Jeep M201 ayant des calandres bicolores.

La première que j’ai trouvée est celle du Colonel Oddo du 4ème Régiments de Hussards (encore un hussard…) dont voici la superbe photo en couleur :

La calandre est peinte en bleu marine très foncé (ou noir) et blanc. Remarquez également que la diagonale est différente et part du haut de la calandre gauche vers le bas de la calandre droite.

Ensuite, je suis tombé sur cette photo d’une M201 dont la calandre est verte et jaune. C’est beaucoup plus intéressant car cela pourrait valider mon hypothèse de couleur.

Par contre, je n’ai aucune idée de l’affectation de cette Jeep, mais les décors semblent bien algériens.

Parallèlement à ces recherches, J'ai pu effectuer quelques travaux sur la Jeep. Cela avance lentement mais bon...

j’ai dû modifier mes échelles de désensablage. En effet, malin comme je suis-je les ai faites trop large. Erreur classique, je n’ai pas compté la largeur du tube lors de la coupe de mes longerons. Impossible à attacher sur la Jeep. Je reprends donc à mon compte le dicton « quand on n’a pas de tête, il faut avoir des jambes » et le transforme en « quand on est con, il faut une bonne disqueuse ».

J’ai également placé mon deuxième support de jerrican sur le marchepied avant-gauche, ce qui oblige à déplacer l’extincteur sur l’aile avant supérieure et le lot de bord sur le capot.

J’ai enfin placé également mon support de jerrican à eau entre les 2 sièges avant.

A+










  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post57

2 nouvelles photos

DiversPosté par Big One 21 janv., 2018 20:59:28

J’ai dégotté hier quelques nouvelles photos de sahariennes sur des sites d’anciens. Parmi celles-ci, 2 sont intéressantes à plus d’un titre.

Commençons par la première qui montre un petit bivouac dans les environs de Reggane. A l’arrière-plan on voit 2 Jeep Sahara et, chose remarquable, on peut lire leur plaque d’immatriculation ce qui va nous permettre de voir si elles font bien parties des séries de sahariennes identifiées dans mon article de janvier de l’année passée (immatriculation des sahariennes).

Analysons d’abord la Jeep de droite.

Sa plaque est 034 1?7. Je pencherais pour 034 157 ou 034 187. Elle date donc de fin 1959 et il s’agit d’une Sahara 6V. Dans mon article sur les immatriculations, j’avais identifié une série de Saharienne 6V dont les immatriculations allaient de 034 072 à 034 171. Cette Jeep fait donc partie de cette série de production. J’avais de plus identifié une Jeep 034 254, et il n’est pas incongru de penser que la série aille de (<=) 034 072 à (>=) 034 254, ce qui représente un minimum de 182 Jeep.

Passons à la Jeep de gauche dont la plaque est sans équivoque 221 2196.

C’est une Jeep de 1962 en 24 volts. La série précédemment identifiée dans l’analyse des immatriculations des Saharienne de 1962 était la suivante : 221 2130 à 221 217x( ?). Cette série se voit donc agrandie de 15 à 25 Jeep.

La 2ème photo montre un alignement de Jeep dont les 3 centrales sont des sahariennes.

Commençons par la Jeep la plus à droite à nouveau. Il s’agit d’une 6 volts et on reconnait également une plaque commençant par 034 mais dont la suite est difficile à lire, quoique que je pencherais pour 034 177 ou 178. Cela la place donc dans la série de 1959 précitée.

La Jeep du milieu est une 24 volts (pas de phare blackout sur l’aile gauche, préfiltre sur l’aile droite), et je peste sur l’appelé dont la tête m’empêche de lire la plaque !!!

Passons enfin à la Jeep de gauche dont on ne lit que les 3 derniers chiffres 010 de sa plaque d’immatriculation.

Son absence de blackout sur l’aile gauche en fait certainement une 24 volts. Or, seule des Jeep de 1961 et de 1962 en 24 volts se sont retrouvées dans le Sahara. Sa plaque commence donc certainement par 211 (pour 1961) ou 221 (pour 1962). La plaque doit donc être 2x1 y010.

Or, dans mon article je n’ai identifié qu’une série en 1961 allant de 211 4004 à 211 4087 et une autre en 1962 allant de 221 2130 à 221 2196.

Il s’agit donc plus que probablement de la 24v 211 4010 de 1961.

Mais il y a plus intéressant : la peinture de sa calandre ! On voit clairement 2 triangles peints et qui rappellent les Jeep de la circulation routière.

La diagonale va de gauche en bas vers la droite en haut. Il est tentant donc de dire que ce véhicule est une Jeep de la circulation routière, mais ce n’est pourtant pas si simple.

En effet, à la différence des Jeep de la circulation routière, la partie blanche et la partie verte semblent inversées par rapport à une Jeep de la circulation.

Je doute de plus de la blancheur du triangle supérieur. En comparant le blanc des extrémités du pare-chocs avec la couleur sable de la Jeep, et la couleur claire de la calandre avec la couleur sable de la jeep, on constate un contraste beaucoup plus important entre les 2 couleurs sur le pare-chocs que sur la calandre. Je pense donc qu’il s’agit d’une couleur proche du beige, et peut-être bien du jaune.

Quant au triangle inférieur, il est très difficile de déterminer sa couleur. Ce n’est pas trop foncé donc j’éliminerais le rouge, et miserais donc sur un vert ou un bleu pas trop foncé ou pourquoi pas orange.

Voici en comparaison des calandres bicolores vertes et blanches en photo noir et blanc. La partie verte est beaucoup plus foncée sur ces photos.

Cette calandre reste donc un point d’interrogation et n’hésitez pas à m’envoyer des infos si vous en possédez.

A+





  • Commentaires(5)//sahara.jeepbigone.be/#post55

Joyeux Noel

DiversPosté par Big One 26 déc., 2017 10:46:17


  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post52

Quelques nouvelles photos

DiversPosté par Big One 02 déc., 2017 20:18:08

C’est l’hiver et j’en profite pour faire quelques travaux d’entretien sur la Jeep. Je fais une réfection complète des freins arrière : tout était rouillé, et la Jeep tirait vraiment vers la gauche à chaque freinage. J’ai donc tout démonté et j’attends quelques pièces de remplacement pour tout remonter proprement et faire un vrai réglage des freins.

Parallèlement j’ai démonté mon phare de recherche Auteroche. J’ai en effet reçu la poignée qui me manquait. De plus, je m’attends à recevoir sous le sapin une optique originale de ces phares de recherches. J’y reviendrai dans un autre article.

Pendant mes temps libres, j’ai réussi à dégoter quelques nouvelles photos de sahariennes sur le Web et comme d’habitude, tout est dans le détail et l’analyse !

Alors d’abord commençons par 2 photos d’une saharienne 6 volts prises lors d’un défilé. Je râle car la résolution de l’image ne permet pas de lire la plaque. Comme détail intéressant on peut noter que la capote est surélevée, montage que l’on retrouve sur certaines sahariennes.

La photo suivante est également très intéressante, car elle montre une Jeep dont 2 clichés étaient déjà connus. Il s’agit de la 034 254, sahara 6 Volts. Les clichés connus sont les suivants :

Et je viens de trouver cette magnifique photo d’un barbecue dans le désert, avec en arrière-plan cette même Jeep. Les couleurs et la résolution sont très belles et la photo illustre vraiment la vie des militaires au Sahara après la guerre.

Et voici un petit zoom sur la Jeep:

Enfin, voici 2 photos d’un défilé du 3ème Groupe de Transport. Elles donnent l’impression d’avoir été prises en cachette tant le cadrage est mauvais. Sur la première on distingue une capote brune de Jeep saharienne :

Mais tout l’intérêt se trouve dans la seconde photo. On y distingue une seconde Jeep, sans capote, et équipée d’un rétroviseur central de Berliet (cf. mon article: Rétroviseur Central dans la section "détails de la Jeep Sichler").

Il se peut dès lors fort probablement que cette Jeep soit la Jeep du Lieutenant-Colonel Sichler, vu que c’est la seule dont j’ai la preuve photographique d’un tel montage.

Noter que la Jeep bâchée possède également une rehausse de la capote, comme mentionné précédemment dans cet article.

A+









  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post50

A l’ombre des capotes françaises

DiversPosté par Big One 24 nov., 2017 18:19:05

Nous allons aujourd’hui aborder les bâches ou capotes qui équipaient les Jeep Sahara. Point besoin de se protéger de la pluie dans le désert, par contre le soleil, et particulièrement durant les mois d'été, est tellement agressif qu'il est indispensable de rouler à l'ombre de sa capote pour éviter les insolation.

Tout d’abord nous allons essayer de voir l’équipement standard, puis nous verrons les habituelles exceptions.

Commençons d’abord par analyser les bâches équipant les premiers modèles de Jeep Hotchkiss durant la fin des années 50.

A côté des capotes été américaines, un modèle revient principalement. Il est en toile vert kaki et possède comme particularités une fenêtre arrière en mica fixée dans un cerclage en aluminium, ainsi qu’un rabattant triangulaire cachant une pièce ronde cousue à l’arrière, à gauche de la fenêtre.

Cette bâche permet l’installation de porte et de côté pour « fermer » totalement la Jeep.

J’ai beau chercher, je ne trouve pas d’utilité à ce rabattant triangulaire. Certains parlent d’un passage pour une antenne radio. On pourrait penser que pour les Jeep sans radio, le rabattant reste fixé devant la pièce ronde cousue. Pour les Jeep Radio, la pièce ronde cousue est percée et permet le passage de l’antenne. Lorsque l’antenne est démontée, on rabat le triangle qui ferme l’ouverture. Ce n’est qu’une supposition.

Toujours est-il que lorsque l’on regarde le MAT 3945, catalogue reprenant les bâches et la sellerie des Jeep Ford Willys et Hotchkiss, on tombe sur le plan de cette bâche avec une petite inscription entre parenthèse : (Sahara).

En analysant les photos des sahariennes, on constate que ce modèle fut utilisé en série sur les Jeep Sahara, la couleur vert-kaki laissant place à un brun-marron.

Sur la photo suivante, on peut voir une série de Jeep bâchées devant le Bordj Estienne. Elles possèdent toutes ce modèle de capote :

Et sur la photo suivante, on visualise bien la couleur brune de la bâche.

Les bâches latérales sont parfois installées sur les sahariennes, comme sur cette photo :

Il semble toutefois que toutes les capotes n’étaient pas brunes, comme le prouvent les photos suivantes sur lesquelles la couleur fait plutôt penser à un vert passé par le soleil.

Sur la Jeep Sichler, on distingue la capote devant le pare-brise, et la couleur est également proche de vert, quasi taupe.

Afin de pouvoir conduire avec son képi, il n'est pas rare qu'on place une réhausse de pare-brise, comme sur la jeep de la photo suivante:

A côté de ces capotes, on trouve également un modèle plus léger et dont la couleur est plus beige que brune. Ces capotes ne sont pas faites pour être équipées de portes et côtés et leur fenêtre arrière n’est pas fermée par un mica. En voici quelques exemples :

On remarque que la taille de la fenêtre arrière est beaucoup plus petite que sur le modèle possédant le mica.

Il existe quelques photos de Jeep Sahara dans l’usine Hotchkiss, dont celle-ci qui date de 1963 et montre un des derniers lots de sahariennes (qui ne verront jamais le désert…), mais qui sont équipées d’usine du modèle de capote légère. Malgré le fait que la photo soit en noir et blanc, on peut facilement dire que ces bâches sont de couleur beige clair.

J'ai d'abord pensé que les capotes avec le mica, que je qualifierai de capotes lourdes, étaient destinées aux Sahariennes 6 Volt, et que les bâches légères avaient équipé les Sahariennes 24 Volt, mais c'est faux. On trouve les 2 modèles de capotes sur les 2 versions de la Saharienne.

Pour ma rénovation, j’ai trouvé sur Le Bon Coin une capote française d’origine, possédant ses 2 parois latérales. Elle n’est pas brune, mais sa couleur se rapproche assez bien du vert passé dont j’ai parlé plus haut et qu’on voit sur la Jeep Sichler. Elle va devoir subir quelques retouches vu son âge, mais sa patine et sa trame sont superbes.

A+













  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post49

Mode saharienne

DiversPosté par Big One 12 nov., 2017 10:54:34

Je rebondis aujourd’hui sur une remarque de JL Martin sur son site à propos de la « diversité des tenues sahariennes ». Nous allons analyser les uniformes (tenues…) de l’armée française dans le Sahara algérien durant les golden 60ties, ce qui me permet de lancer officiellement la…

FASHION WEEK de REGGAN-PLATEAU.

Commençons par le battle dress : il est kaki, assez ample, et se porte avec des rangers au pied, voire des Pataugas. Sur la tête, quand on ne porte pas son casque lourd modèle 1951, on coiffe un béret.

Ensuite passons à la tenue de sortie : pantalon beige taille haute (et oui, on est dans les années 60…) retenu par une belle ceinture blanche et chemise beige à courte manche, les épaulettes sont rouges et le képi saharien est bleu clair. À noter que les mocassins en cuir sont remisés au placard et remplacés par des sandales en cuir qu’on appelle« nails ».

Les épaulettes :

Les insignes sahariens :

Et les nails :

Et pour les défilés, on sort une belle chemise blanche pleine de médailles et d’insignes qui s’appelle… une « saharienne » évidemment.

En guise de chausse, on porte un Sarouel noir avec ses croix d’Agades, comme ici dans l'attroupement précédent de membres du 3ème GT.

Le Lieutenant-Colonel Sichler, chef du 3ème GT n’est pas exempté de la tenue d’ailleurs :

Son képi de Lieutenant-Colonel doit être semblable à celui-ci, en vente sur eBay pour beaucoup trop cher :

Au jour le jour, les tenues se font plus hétéroclites. Ainsi, vu la chaleur on se balade en short et chemise légère, toujours nails au pied…

…tenue que l’on adopte aussi pour une partie de boule au milieu du Tanezrouft.

Sur certaines photos, on sent que la guerre est déjà loin et ce n’est pas plus mal.

Parfois on ne porte quasi rien (vivement les coups de soleil),

Ou alors on mélange sa tenue de sortie avec celle de défilé...

Pour contrer le froid du désert, on porte un Kachabia, sorte de Djellabah en laine assez épaisse comme ici à nouveau le Lieutenant-Colonel Sichler notamment (à gauche sur la photo),

Ou encore ici pour cette troupe de gendarmes :

Enfin, pour le carnaval, on n’hésite pas à emprunter sa marinière à un marin échoué dans le désert et à maquiller sa Jeep en char digne des plus beaux défilés de Rio:

A+







  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post47

Encore un peu de confort...

DiversPosté par Big One 27 oct., 2017 22:50:15

Un petit addendum faisant suite à une publication précédente. Dans mon article "Et si on parlait un peu de confort" j'abordais une modification récurrente de la sellerie des Jeep Sahara, dont les assises et dossiers étaient remplacés par des éléments de camion Berliet.

J'avais identifié 4 photos de 4 Jeep différentes possédant cette modification.

J'ai trouvé une nouvelle Jeep ayant cette même caractéristique:

On voit clairement bien le dossier plus grand de 10 à 15 cm par rapport au dossier de la Jeep.

De plus, sur le site du 3ème GT, j'ai trouvé un appelé au volant d'un Berliet GLR, et cela confirme mon hypothèse. On a amélioré le confort de nombreuses sahariennes en leur installant la sellerie de camions Berliet.

Nul doute que la tôle ondulée devait être nettement plus supportable!

A+





  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post46

Pic-nic dans le désert

DiversPosté par Big One 26 oct., 2017 15:18:24

Il devient de plus en plus difficile de trouver de photos de Jeep sahariennes. J’ai en effet scruté le web de fond en comble, via Google, Yahoo, mais aussi plus spécifiquement via des sites d’anciens sahariens comme celui du 3ème Groupe de Transport. Ce travail de longue haleine m’a permis de trouver quasi une centaine de photos de ces Jeep, d’en identifier les années via l’analyse des plaques, d’étudier les spécificités des modèles 6 Volts et 24 Volts, de déterminer les modifications opérationnelles de ces véhicules, leur passage en unité ainsi que leur vie post-saharienne.

Et donc lorsque je trouve une nouvelle photo montrant une saharienne, l’excitation est à son comble et je recherche à la loupe (CTRL + sur Photoshop) les détails du modèle.

C’est ce qui s’est passé la semaine dernière lorsque je suis tombé sur le site du 3ème GT sur une photo de Gilbert Beneito montrant un pic-nic dans le désert :

Mais pourquoi tant d’excitation pour une photo ne laissant apparaitre que la calandre et une partie avant du capot de la Jeep ?

Mais la plaque d’immatriculation pardi !!!!!

551 0204

Dans l’immatriculation des véhicules militaires, le premier chiffre représente l’armée. Ainsi, l’armée de terre et la gendarmerie se voient associer un 2. L’armée de l’Air un 3, la Marine un 4, et un 5 correspond aux "Autres Services".

Le deuxième chiffre est l’année. Ici le 5 correspond à 1965. Enfin le troisième chiffre permet de définir si le véhicule a été totalement révisé (5), ou si il est dans son état original (1). Ainsi la Jeep 221 2136 appartient à l’armée de terre, a été construite en 1962 et n’a pas subi de révision complète.

Analysons cette plaque:

Le premier chiffre est un 5 : Il correspond à une immatriculation effectuée par l’Armée de Terre, mais pour un service ne dépendant ni de l’Armée de Terre, de l’Air ou de la Marine. Après lecture de la biographie saharienne de son auteur, ce service pourrait être le 621ème GAS (Groupe des Armes Spéciales). Il visait à regrouper les moyens mis par l’armée aux services du CSEM (Centre Saharien d’Expérimentation Militaire) puis du CEMO (Centre d'Expérimentation Militaire des Oasis) et regroupait du personnel provenant des différentes Armes: Infanterie, Artillerie, Train, Marine... Marine??? Et oui, la Marine était présente dans le désert et était responsable de la fourniture en eau et en électricité des bases dans le désert. Sur la photo suivante on voit le bâtiment de la marine nationale sur la base de Hammaguir en 1966.

Notez au passage la Jeep (probablement 6 Volts) garée sur la droite.

Mais revenons à notre Jeep 551 0204. Le deuxième chiffre est plus interpelant. Il s’agit à nouveau d’un 5, qui correspondrait au millésime de la Jeep. Mais le hic c’est que les dernières sahariennes ont été construites en 1963 et n’ont jamais vu le désert (voir article Immatriculation des Sahariennes). Heureusement tout s’explique (merci JLM…) et ce 5 correspond non pas à l’année de fabrication, mais à l’année de ré-immatriculation du véhicule.

Le troisième chiffre précise que le véhicule n’a pas été révisé totalement.

Nous sommes donc face à une Jeep saharienne 24 Volts, datant probablement de 1961 ou de 1962, mais ayant été transféré dans une unité inter-arme dans le courant de l’année 1965.

Il est intéressant de noter que c’est la première et la seule photo que j’ai d’une Jeep M201 (standards et sahariennes confondues) ayant cette immatriculation particulière.

Pour le reste, que pouvons-nous encore dire de cette photo ?

La présence abondante de mandarines plaide pour une prise de vue fin de l’automne, début de l’hiver :

Ceci est confirmé par une température ambiante non-excessive, comme le prouve la forme du Camembert qui semble plus ou moins bien résister à la chaleur:

Les Gauloises Bleues font l’unanimité parmi les participants :

Et enfin au niveau boisson, c’est à la dure : pas de pastis mais du Johnny Walker (une bouteille a déjà rendu l’âme). Il reste de la bière et 2 bouteilles de vin : nul doute que ce fut une belle après-midi.

A+





















  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post45

Et si on parlait un peu de confort?

DiversPosté par Big One 26 sept., 2017 09:14:16

Dans cet article nous allons aborder les sièges des Jeep sahariennes et notamment les modifications apportées en unité.

La sellerie standard :

Alors tout d’abord commençons par le siège standard de nos « reines du désert ». Nous sommes entre 1959 et 1962, les Jeep sont équipées des mêmes sièges que les Jeep américaines, à savoir une structure en ressort métallique recouverte d’un rembourrage et d’une toile kaki. Les assises uniquement en mousse apparaitront plus tard. Il est très difficile en analysant les photos de déterminer la couleur exacte de la toile des sièges. De nombreuses photos sont en noir et blanc et j’ai très peu de photos où la couleur est vraiment évidente. J’identifie toutefois 2 couleurs.

La première est le kaki standard des assises de Jeep, comme on peut le voir sur les photos suivantes :

C’est aussi cette couleur que l’on retrouve sur la très belle saharienne de P. Tedeschi :

La deuxième couleur est beaucoup plus claire et se rapproche d’un kaki très clair, presque gris. On le voit très bien sur les 2 photos suivantes :

En isolant les couleurs sur les 2 photos j’obtiens finalement 2 teintes très semblables :

Malgré que la photo suivante soit en noir et blanc, on peut clairement penser que les housses de sièges sont faites du tissu le plus clair.

Les modifications :

Les déplacements en Jeep dans le désert peuvent être longs, les routes difficiles notamment si vous rencontrez de la tôle ondulée (voir l'article: Pardon Messieurs, excusez ma curiosité, vous seriez t'y pas ensablés des fois ?), et tout possesseur d’un tel véhicule vous le dira, il y a plus confortable… Dans cette optique, on constate à l’étude des photos que les utilisateurs ont cherché à améliorer leur confort par des modifications de la sellerie.

Parfois la modification est très simple et personnelle, comme cette assise en mousse sur cette Sahara 6 Volts dont le conducteur a un peu trop surestimé les capacités de franchissement en voulant traverser un oued après une crue :

Mais j’ai constaté une modification qui revient de manière récurrente. L’ajout d’une assise brun clair, probablement en skaï. En effet, je retrouve cet ajout sur pas moins de 4 photos différentes, qui proviennent toutes de sources assez différentes :

Dans mon article sur la Jeep 221 2130, je pensais que ces assises pouvaient provenir de Jeep JH101 ou 201. En effet, le dossier des sièges semble plus haut sur ce modèle de Jeep. J’ai fait fausse route. En effet, les JH101 ou 201 n’équipent pas l’armée française. Or, si modification il y a, elle se base toujours sur des pièces disponibles dans les stocks militaires. Donc, ces sièges en skaï brun clair doivent provenir d’un véhicule militaire français. Et qu’avons-nous dans le désert ? Des Dodge Weapon Carrier, mais leur sellerie n’a rien à voir avec les photos.

Quoi d’autres ? Mais des Berliet bien sûr ! J’avais déterminé cette provenance pour le rétroviseur central de la Jeep Sichler dans mon article "Rétroviseur Central", et je pense que les assises brunes que nous voyons peuvent provenir de camions Berliet. Il n’est pas facile de trouver des photos de la cabine d’un de ces camions, et encore moins en configuration militaire, toutefois, j’ai pu dénicher 3 clichés qui me confortent dans mon hypothèse :

En plus, quel troupier au dos en vue de compotisation avancée et dont les vertèbres font de l’accordéon à chaque liaison dans son VLTT pourrait résister à la pub suivante vantant le confort de la cabine Berliet et de ses sièges en Dunlopillo !!!! A mon avis, aucun.

On assiste ici donc à une modification qui, loin d’être généralisée, touche un certain nombre de Jeeps. Un appelé sensible des lombaires a eu une bonne idée, et plusieurs s’en sont inspirés.

Dernier petit détail concernant la sellerie des Jeep, mais ici il ne s’agit pas à première vue d’améliorer le confort, quoique ! Ce détail est le plus visible sur la Jeep Sichler, en effet on constate que les sièges avant et arrière sont recouverts par une housse blanche.

Je retrouve ces housses sur les 2 Jeep 24V suivantes.

Quelle est leur utilité ? J’émets quelques hypothèses.

La première est liée à la chaleur du désert et finalement peut améliorer le confort de nos Jeepers sahariens : La couleur blanche n’absorbe pas la chaleur comme les couleurs plus foncées, et l’on peut s’assoir plus facilement dans sa Jeep sans se brûler le postérieur.

Autre hypothèse, on rajoute des housses blanches lors d’un défilé, comme sur la photo de la Jeep 211 4033 (Légion). En effet, dans ces occasions, les véhicules sont modifiés avec notamment le placement de roues à flanc blanc. Pourquoi ne pas penser qu’on ajoute des housses blanches pour faire belle impression à la parade et surtout pour cacher les sièges usés des Jeep ? C’est plausible.

De mon côté, j’ai pu bénéficier de l’aide non négligeable de ma chère maman et de sa machine à coudre Pfaff pour la réalisation de belles housses blanches en coton, ce qui change fortement le visuel de la Jeep.

A+















  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post42

Blackout sur les Blackout

DiversPosté par Big One 25 août, 2017 10:15:44

Les Jeep Willys originales sont équipées d’un phare de blackout, ainsi que de feux de positionnement de nuit. La raison ? La nuit les phares sont très visibles pour un avion, et dès lors on diminue le faisceau du phare au maximum afin de permettre un déplacement nocturne en convoi.

Les premières Jeep Hotchkiss sont des copies quasi identiques des Jeep Willys de la seconde guerre mondiale. Elles sont donc équipées du même phare blackout comme on peut le voir sur cette belle photo prise durant la guerre d’Algérie (vous apprécierez au passage la couleur vert bouteille quasi brillante de cette Jeep, loin du vert otan mat, classique des M201 ultérieures).

Les sahariennes qui sortent en 6 Volts durant l’année 1959 sont également équipées de ce phare blackout, comme sur la photo suivante. On distingue la cloche assez arrondie du phare.

Ensuite, ce phare est remplacé sur les Jeep 24 Volts par un modèle dont la cloche est beaucoup plus plate, comme on le voit sur cette photo :

Et on peut donc penser que les sahariennes 24 Volts allaient recevoir ce nouveau phare blackout : Et bien non. Je n’ai trouvé aucune photo de Jeep Sahara 24 Volts équipée d’un phare blackout. Le cerclage de protection du phare est présent, mais le phare n’est jamais installé.

Même sur les 2 photos de présentation officielles de la Jeep Sahara 24 Volts (la 211 4004), ce phare est absent et donc il n’a pas été installé en usine de manière délibérée.

Pourquoi ? Le mystère reste entier. Et comme dit plus haut, il est toujours présent sur les Sahara 6 Volts. Tant et si bien que lorsque j’ai un doute sur le voltage d’une saharienne parce que son pré-filtre à air n’est pas visible sur une photo, je regarde la présence ou non d’un phare blackout. La Jeep suivante par exemple est certainement une 24 Volts :

Essayons de comprendre la raison de cette absence ? Si on enlève un équipement, c’est soit parce qu’il n’est pas nécessaire, soit parce qu’il gène. Je ne vois pas en quoi le phare gênerait. Même l’hypothèse du gain de poids ne tient pas la route parce que ce phare ne pèse rien. Et pourquoi garder le cerclage de protection ? Incompréhensible. Peut-être n’est-il dès lors pas du tout nécessaire. Pourtant les Jeep font parties de convoi de par leur affectation aux Groupes de Transport. J’ai beau chercher, je ne trouve pas.

Mais quid des sahariennes ENTACquisées ? Et bien là je constate toujours la présence du phare blackout et notamment sur la série de nombreuses photos des Jeep 231 34xx prise lors du défilé du 11 novembre 1966 à Toulouse.

Alors, retour en usine des phares blackout sur les Sahariennes de 1963, ou modification de ces mêmes Jeep lors de leur ENTACquisation forcée ? La question reste aussi ouverte.

En tout cas, que les Hussards Parachutistes se rassurent, ils ne devront pas enlever leur blackout de sitôt !

Quant à moi, je l’ai bien entendu enlevé de ma Jeep et je dois avouer que c’est jusqu’ici une des étapes les plus faciles et les moins couteuses de cette transformation en saharienne.


A+









  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post39
Suivant »