Jeep M201 Sahara

Jeep M201 Sahara

T1 Westinghouse, Citroën U23 et Bavox

Lot de bord: compresseur BavoxPosté par Big One 17 oct., 2017 21:46:39

Avant d’aborder la fin de la rénovation du compresseur Bavox S2YD, je voudrais rapidement aborder les compresseurs dont étaient équipés certaines Jeep Willys durant la 2ème guerre mondiale.

Je ne me prétends absolument pas spécialiste et donc je viens de découvrir dans un livre que certaines Jeep étaient équipées d’un gonfleur T1 Westinghouse permettant de regonfler leurs pneus. J’ai évidemment cherché à approfondir et suis tombé sur de nombreuses photos de ces compresseurs. Et l’installation est pour le moins élégante :

Le petit compresseur est attaché au bloc moteur, en avant du carburateur. Une courroie relie le moteur à une roue libre, mais qui une fois enclenchée par un goujon, permet de faire tourner le gonfleur et d’obtenir l’air sous pression.

La Jeep est équipée d’un coffre à outil, mais situé sur le repose pied droit, et qui reçoit les équipements du gonfleur, principalement le flexible en caoutchouc dont la longueur doit permettre évidemment de gonfler les 4 pneus. Ces gonfleurs sont devenus très rares et j’en ai vu en vente pour quelques milliers d’€uros…

L’intérêt de ce système est sa facilité d’utilisation : On sort le tuyau, on ouvre le capot, on enclenche la roue, on branche le tuyau, ensuite moteur en marche et c’est parti.

Rien à voir avec la solution trouvée par Hotchkiss pour ses Jeep sahariennes :

-retirer les 4 écrous et ôter le coffre à outil avant

-fixer le gonfleur Bavox sur une plaque, elle-même attachée sur une plaque à l’aide de 2 boulons. La manipulation n’est pas simple car il faut glisser le gonfleur entre la calandre et le pare-chocs. De plus, la bête fait ses 12 kilos et est donc difficilement maniable.

-Vérifier le positionnement de l’axe d’entrainement

-Fixer le flexible puis enclencher le moteur et commencer à gonfler.

Ensuite, il faut tout re-démonter et tout remettre, mais là aussi je me pose la question de l’endroit où on range le gonfleur dans la Jeep.

Mais pourquoi ne pas avoir installé un compresseur semblable au T1 Westinghouse sur les sahariennes ?

La réponse à cette question est peut-être liée au voltage des Jeep. Les premières Jeep sahariennes sont équipées en 6 Volt et sont identiques au Willys : Le T1 Westinghouse pourrait y être installé sans problèmes. Par contre, sur une Jeep saharienne 24 Volts, le filtre à air se trouve dans le chemin. Peut-être a-t’on anticipé l’arrivée des 24 Volts (car déjà à l’étude lors du lancement des premières sahariennes) et n’a-t ‘on pas retenu la solution ?

Ou alors, autre possibilité, on a cherché une solution hexagonale en se dirigeant vers le spécialiste français de l’air comprimé Bavox, d’autant que cette société avait équipé les camions Citroën U23 d’un gonfleur identique avant-guerre.

J’ai enfin trouvé des infos concernant ces camions Citroën. Ils équipaient l’armée française avant-guerre et furent repris par la Wehrmacht durant la guerre. Le lot de bord de l’armée française comprenait un gonfleur Bavox S2YD. Je suis entré en contact avec un passionné de ce véhicule et il m’a fourni des infos concernant la plaque d’attache sur le pare-chocs avant. Outre la forme de la plaque d’attache qui est semblable à la moustache du Bavox, la distance de l’entraxe des points d’attache est identique.

L'installation est ici très simple par contre. On place le compresseur avec le cylindre légèrement incliné dans l'axe du moteur, contre la plaque de fixation. On le pivote pour faire passer les vis d'attache dans les encoches et on serre les vis papillon. Rapide. Efficace.

Voici quelques photos sur lesquelles on peut voir sur le pare-chocs la plaque d’attache :

Bon, revenons-en à mon petit compresseur.

Tout d’abord, je me suis attaqué aux cuivres, afin de leur redonner leur éclat d’origine.

Ensuite, j’ai brossé et ôté toute la peinture du bloc du compresseur :

L’étape suivante fut la pose d’un apprêt et je me suis permis un premier remontage

Parallèlement à ça, j’ai refait les joints papiers. Ma méthode, je colle de l’adhésif de peintre sur l’ouverture devant recevoir le joint, puis avec un crayon je marque la forme. Je retire l’adhésif et je le place sur le papier à joint. Ensuite, je découpe.

Puis vint la mise en couleur définitive. Je n’avais aucune idée de la couleur originale, mais je suis parti du principe qu’elle devait être la même que la Jeep. Donc peinture en jaune sable puis remontage sans les pièces en cuivres et nouvelle couche de couleur pour obtenir une belle uniformité. Ensuite remontage des élements en cuivre pour les premières photos:

Et la classique "avant": et "après":

Voilà, il est évidemment fonctionnel, mais il faut tourner à la main pour l'instant. Mais je travaille déjà sur le support...

A+













  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post44

Etude du compresseur/gonfleur Bavox S2YD

Lot de bord: compresseur BavoxPosté par Big One 11 sept., 2017 21:42:49

Je vais tenter dans cet article d’analyser en détail les compresseurs Bavox de type S2YD qui faisaient partie du lot de bord standard des M201 sahariennes.

Pour ce faire je vais me baser sur les seules informations connues concernant ce compresseur, à savoir 2 dessins provenant d’un manuel militaire à savoir l’additif au guide d’entretien 3152 pour la voiture de liaison ¼ de tonne Hotchkiss-Willys M201 type saharienne, des photos d’un compresseur provenant d’un forum polonais, et de l’analyse du compresseur que j’ai eu la chance d’acquérir.

Il y a une dizaine d’année Jean-Louis Martin a écrit une étude très complète sur les Jeep Sahara. Dans cette étude il parle évidemment des compresseurs Bavox et reprend le texte et les dessins du manuel renseigné plus haut. Les dessins montrent comment il faut fixer le compresseur Bavox sur la traverse avant du châssis. Ces dessins sont assez précis mais légèrement simplifiés par rapport à la vérité. Les voici :

La deuxième source d’information concernant les Bavox S2YD provient d’un forum polonais sur lequel une personne cherche des renseignements concernant le compresseur. Le modèle est photographié sous tous les angles possibles mais malheureusement les photos sont de faibles résolutions.

La troisième source d’information provient du compresseur Bavox que j’ai acquis cet été et dont voici la photo avant rénovation (et nettoyage, et démontage des éléments superflus…)

Tout d’abord, on peut constater que les 3 compresseurs sont différents.

Ainsi, le compresseur provenant du manuel militaire possède une poignée au-dessus du cylindre. Cette poignée n’est pas présente sur le compresseur « polonais » ni sur le mien.

Sur le compresseur provenant du manuel et sur le mien, on distingue une entrée d’air latérale. Elle n’est pas présente sur le compresseur polonais.

L’air entre via une cloche (filtre à air) au-dessus du cylindre sur le gonfleur polonais et sur le mien. Cette cloche n’est pas représentée sur le dessin

Enfin, l’air comprimé sortant du gonfleur passe par un filtre déshuileur. Sur le gonfleur « polonais » et sur le mien, la sortie d’air est frontale sur ce filtre déshuileur. Sur le gonfleur provenant du manuel, elle est latérale car sinon elle serait gênée par le parechoc. De plus, la conduite en cuivre reliant le sommet du cylindre au filtre déshuileur est différente (chemin plus court et plus direct sur le dessin).

De ceci on peut dès lors conclure que ni le gonfleur polonais, ni le mien ne peuvent être monté sur une Jeep. Pour cela il faut une sortie latérale de l’air sur le filtre déshuileur. Ces gonfleurs Bavox S2YD ont donc été employés sur d’autres véhicules. Je ne trouve malheureusement pas d’informations. Il semble que les camions Citroën type 23 en version militaire possédaient un gonfleur Bavox dans leur lot de bord. Était-ce un Bavox S2YD ? De quand date ce modèle ? Très difficile à dire.

Une chose est certaine, je pensais que mon Bavox était venu en droite ligne des dunes du Sahara pour finir dans la grange d’un fermier de la Flandre plus que très profonde : il n’a malheureusement jamais vu les étendues sans fin du Tanezrouft…

Grâce aux dessins de Jean-Louis Martin, je vais le rénover dans sa version militaire. Il me faudra donc ajouter une poignée au-dessus du cylindre et modifier la sortie d’air du filtre déshuileur.

Technique :

Abordons maintenant un peu la technique. Ici, rien de bien compliqué. Il s’agit d’un petit compresseur monocylindrique.

L’air est aspiré par le dessus du compresseur via la cloche (filtre à air) visible sur la photo suivante.

Il est ensuite expulsé via un tube de cuivre vers le filtre déshuileur qui prévient l’envoi d’huile dans les pneus à gonfler. A la base de ce filtre se trouve un petit robinet qui permet de vider le filtre si trop d’huile s’y est accumulée.

La lubrification et le refroidissement sont assurés par de l’huile stockée dans un petit carter que l’on peut remplir par le côté via un petit bouchon qui sert aussi à mesurer le niveau.

Sur le dessin du compresseur et sur le mien, on trouve une entrée d’air latérale. L’air aspiré ici n’est pas utilisé comme air comprimé pour le gonflage. Je pense qu’il s’agit d’un système de refroidissement : de l’air est aspiré dans le mécanisme du compresseur à chaque cycle, puis est expulsé. Il entre dès lors en contact avec l’huile et permet d’en diminuer la température. Afin d’éviter que des crasses ne soient aspirées dans le mécanisme du compresseur, un petit filtre est placé à cette entrée d’air.

La vitesse de rotation du compresseur est de 1400 tours/minute. À cette vitesse de rotation on génère une pression de sortie de 7kg/cm². La vitesse de rotation s’obtient via l’accélérateur à main de la Jeep.

Utilisation :

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cela n’a pas l’air pratique. Rappelons-en l’utilité : dans le sable, la pression optimale des pneus est de 1,2kg. Sur piste ou sur route, elle est de 2kg. Après un déplacement dans le sable, il faut donc pouvoir facilement regonfler ses pneus. D’où le gonfleur.

Le premier obstacle à son utilisation est le coffre à outil qu’il faut ôter. Il s’agit de 4 vis papillon à défaire, rien de bien chinois vous me direz.

Ensuite, il faut fixer le gonfleur. Ce dernier n’est pas spécialement prévu pour les Jeep. Je pensais initialement qu’il se fixait directement sur la traverse du châssis, via la plaque de fixation soudée.

Il n’en est rien. En effet, si vous regardez cette plaque de fixation, vous constatez que l’encoche pour le passage de l’axe entrainé par le moteur n’est pas symétrique par rapport aux 2 vis d’attache. Or, sur le compresseur, l’axe est centré par rapport aux 2 encoches d’attache. En fait, le compresseur est fixé sur une plaque intermédiaire. C’est cette plaque que l’on attache sur le support soudé sur la traverse du châssis.

Il est recommandé de toujours laisser cette plaque intermédiaire bien attachée au gonfleur. Elle se fixe sur le support via 2 vis pareille à celle des roues donc on peut sortir la bonne clef pour la mise en place.

Ensuite, on démarre le moteur, et on peut commencer à gonfler.

Conclusion :

Alors, quid de l’utilisation de ce gonfleur Bavox S2YD ? Je vois un intérêt si un convoi ou groupe de Jeep doit avoir ses pneus regonflés. On installe le gonfleur sur une seule Jeep, puis on gonfle les pneus de tout le groupe. Pour une Jeep individuelle, j’ai tendance à dire que le plus simple et le plus rapide est de sortir sa pompe manuelle.

Autre problème lié à ce gonfleur, où le met-on dans la Jeep ? J’ai lu qu’il trouvait sa place dans le coffre à outil. J'en doute fort car il ne peut y être mis qu’en position couchée. Dans cette position toute l’huile se trouvant dans le carter s’écoule jusque dans la chambre de compression. Je vais faire l’un ou l’autre test, mais je doute que c’est là qu’il trouvait sa place.

Mon sentiment est que ces gonfleurs ont du très rapidement être « débarqué » des Jeep. Cela prend de la place, ce n’est pas pratique d’utilisation, à quoi bon le garder à bord.

Quant au mien, j’ai entamé sa remise à neuf. A la différence de la Jeep que je ne veux pas trop propre ni « over-restaurée », je vais essayer d’avoir le compresseur le plus neuf possible. Les photos suivront très bientôt !

A+







  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post41

The Holy Grail Quest

Lot de bord: compresseur BavoxPosté par Big One 08 juil., 2017 09:32:35

Parmi les éléments remarquables du lot de bord de la Jeep, on trouve un compresseur d’appoint de la marque Bavox et du type S2YD.

Qu’elle est son utilité ? Pour rouler dans le sable, il vaut mieux dégonfler ses pneus afin d’avoir une pression de +/- 1,2kg. Cela permet un bien meilleur franchissement.

Par contre dès que l’on sort du sable, pour repasser sur une piste par exemple, la faible pression risque de provoquer un échauffement des pneus et risque de les abimer. Il faut donc les regonfler, d’où le compresseur/gonfleur.

Comment fonctionne-t’il ?

Il faut tout d’abord démonter le coffre à outil se trouvant sur le pare-chocs, puis on peut fixer le compresseur sur la traverse avant du châssis au moyen de 2 boulons, sur une plaque spécialement prévue à cet effet. Mais attention! Le gonfleur est fixé sur une plaque intermédiaire qui elle se fixe sur la plaque soudée sur la traverse. Je pensais initialement que le gonfleur se fixait directement sur le châssis, mais ce n'est pas possible vu que l'axe de passage de l'axe allant vers le moteur (l'encoche ronde sur la photo ci-dessous) n'est pas centrée par rapport aux 2 vis d'attache.

Une prise de force sur le moteur entraine alors le gonfleur qui produit de l’air sous pression (environ 7kg/cm² à 1400 tours/minutes). Pour ce faire, on fait tourner le moteur à un rythme légèrement au-dessus du ralenti grâce à l’accélérateur à main.

Voici la plaque de fixation du compresseur sur le châssis de la Jeep 231 1871 :

On constate à la lecture du mode d'emploi de ce gonfleur, qu'il n'est pas très pratique d'utilisation, et devient à mes yeux totalement inutile dans une zone de conflit. De plus il prend beaucoup de place et pèse lourd.

Je pense clairement qu'ils ont été rapidement débarqués des lots de bord. Il n'en existe en outre aucune photo d'époque. Après la guerre d'Algérie, ils ont peut-être été utilisés par les Groupes de Transports, mais le doute subsiste. La Jeep étant un véhicule avant tout pratique, la contrainte que représente l'utilisation de ce gonfleur le rend vite obsolète.

La question que je me pose également est de savoir si ce compresseur a été utilisé sur d'autres véhicules ou alors a-t'il été construit uniquement pour les Jeep sahariennes.

Lorsque je me suis lancé dans mon projet, je me suis évidemment intéressé à ce compresseur. Malheureusement, sur Internet, je n’ai rien trouvé, ou quasi. Les seules infos disponibles proviennent du site de Jean-Louis Martin, et les seules photos disponibles d’un forum polonais dont voici le printscreen.

Grâce à Slavek, un entrepreneur polonais que je connais, je me suis fait traduire la discussion. En résumé, la personne possédant le gonfleur demande des infos à son sujet. La discussion date de 2007, puis est relancée début 2017 par une personne demandant si ce compresseur existe toujours.

Sur ce site, on peut voir les seules photos existantes du gonfleur. Leur qualité est faible, mais on distingue bien tous les détails, et notamment la moustache d'attache sur la plaque avant de la Jeep:

Pour ma part, je regarde régulièrement sur Le Bon Coin et sur Google. Je suis dès lors tombé sur un compresseur très semblable, le Bavox S2, que l’on trouve monté dans un caisson Dunlop et qui est entrainé par un gros moteur électrique.

Je suis persuadé que le Bavox S2YD est une version dérivée du S2, lui permettant de se fixer sur la Jeep. La mécanique doit être totalement semblable. La forme du cylindre est la même. Par contre le bloc est légèrement différent car il n’y a pas la « moustache » d’attache.

Un de ces compresseurs étaient (est toujours ?) en vente récemment sur LBC

J’avais demandé des informations à Jean-Louis Martin concernant le S2YD, et sa réponse avait été claire : « Bonjour Xavier, Ce compresseur est une vraie rareté. Je ne sais pas s'ils ont été réellement utilisés : je n'ai vu aucune photo ou lu aucun témoignage sur le sujet. @+, JLM »

Quand les spécialistes sont sans réponses, le désespoir gagne vite le rénovateur de sahariennes…

Slavek, l’entrepreneur polonais qui m'avait aidé à traduire la page du forum, m’a conseillé de rechercher des infos en utilisant Google.pl, et non google.com, .be ou .fr. Les résultats sont différents en fonction du pays de recherche, et il se pouvait que je trouve un autre site polonais mentionnant ce gonfleur. Je me suis donc connecté sur google.pl afin de faire une petite recherche. Google recherche uniquement les sites polonais initialement et je tombe à nouveau sur le forum. Ensuite, le moteur de recherche étend ma requête à google.be en se basant sur ma géolocalisation (Vive le Big Data...).

Et là, un miracle se produit. Je tombe sur l'annonce suivante...

Lucht Compressor Kop:
Antieke werkende luchtcompressorkop type Bavox S2YD - 1 Cylinder.

...en vente sur www.2dehands.be. Pour les français ne parlant pas le flamand, il s’agit de l’équivalent belge du Bon Coin, à savoir le site www.2ememain.be.

Mon sang ne fait qu’un tour et je contacte directement le vendeur. L’objet est fonctionnel et mis en vente depuis 10 jours. Il a été vu 100 fois. Je ne peux pas le louper. Contact est pris, je prends mon meilleur accent « West-Vlaams » et j’appelle : il est dispo, il est pour moi !

Devant repartir travailler à l’étranger, j’ai envoyé mes parents ce vendredi 7 juillet en expédition à Houthulst. Cela se situe dans ce qu'on appelle le West-Hoek. Du sud de Bruxelles, c’est loin, très loin. Et après un périple dans les Flanders Fields (Houthulst a connu de violents combats durant toute la première guerre, et mon grand-père y fut d'ailleurs blessé en 1917), ils m’ont ramené le Graal : Le compresseur Bavox S2YD.

Comment ce compresseur s’est retrouvé dans un garage de l’Ouest de la Flandre ? Le mystère reste entier. Le vendeur a du vider la grange d'un fermier récemment décédé. Il est tombé sur le compresseur et en ignorait l'origine. Le fermier l'aura probablement acheté il y a de nombreuses années, peut-être dans une brocante en passant la frontière française toute proche.

Je compte le rénover complètement, mais ce sera pour le mois d'aout, pas avant. Vacances obligent, la Jeep a retrouvé son garage et moi je vais me dorer la pilule quelques semaines ce qui risque de fortement diminuer l'activité du Blog.

A+, bonnes vacances et profitez bien de votre été!!!



















  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post34