Jeep M201 Sahara

Jeep M201 Sahara

Derniers travaux avant les vacances

Circuit essencePosté par Big One 24 juin, 2019 16:32:19

Et oui, nous sommes déjà fin juin, et je ne vais pas tarder à partir en vacances, donc finis les travaux sur la jeep et le blog pendant quelques semaines. Enfin, j’essayerai quand même de sortir un petit article de mon lieu de villégiature.

Mais avant l’été je vous fais un rapide petit topo des derniers travaux réalisés et en cours. Je travaille actuellement sur le circuit d’essence très spécifique des M201 SAHARA. Je suis en train de finaliser les différentes pièces de ce puzzle. Une fois celles-ci achevées, je pourrai les connecter toutes ensembles. La première pièce, qui me fit perdre un temps record a été le réservoir secondaire. Depuis que je l’ai terminé, j’avance sur les différents éléments. J’ai réalisé le carter devant supporter la pompe à essence électrique, j’ai également placé un filtre à essence sous l’aile comme cela se faisait sur certaines M201 SAHARA du 3e GT, puis je me suis attaqué à la reproduction du collecteur.

L’étape suivante a été le placement du collecteur sous la caisse. Pour ce faire, j’ai pu m’aider des photos réalisées sur la M201 SAHARA 231 1871 :

J’ai donc percés à nouveau ma caisse de 7 trous supplémentaires.

J’ai pu dès lors faire un essai de fixation du collecteur.

Ensuite, je me suis attaqué à la connexion du collecteur et du boitier de commande. En effet, les robinets du collecteurs sont opérés via un boitier de commande possédant 2 boutons gérant chacun un robinet et par là même un réservoir.

J’ai utilisé des robinets chinois trouvés sur eBay, et quasi semblables aux robinets d’origine, à l’exception de leur bouton d’ouverture.

Sur les 2 photos suivantes, vous pouvez voir les robinets et le collecteur original, ainsi que l’intérieur du boitier de commande.

Mes robinets étant différents, j’ai dû trouver un autre système de connexion. J’ai construit une sorte de fourchette s’insérant dans le bouton des robinets chinois. On les voit sortir de la caisse sur la photo suivante.

J’ai pu donc installer mon boitier de commande.

Ensuite, je me suis attaqué au filtre à essence du circuit électrique (Electropulse ou Autopulse). J’avais acheté ce filtre à Patrick Tedeschi, mais il lui manquait la partie inférieure. J’en ai donc construit une assez semblable à l’originale.

J’ai réalisé les pattes d’attache permettant de fixer ce filtre sur le châssis de la jeep, derrière le carter de protection, puis j’ai tout passé à la peinture.

Et enfin, j’ai pu installer le filtre secondaire.

Il ne me reste qu’une étape pour terminer le circuit d’essence, connecter tous les différents éléments ensemble. Mais je sens que ce sera pour après les vacances !

A+ et reposez-vous bien !





  • Commentaires(1)//sahara.jeepbigone.be/#post108

Collecteur

Circuit essencePosté par Big One 02 juin, 2019 09:08:53

Petit rappel: La M201 SAHARA possède 2 réservoirs mais qui n’alimentent le circuit d’essence qu’individuellement. Pour choisir quel réservoir fournit le combustible, un boitier de commande est situé sur le plancher avant gauche de la jeep. Il actionne 2 robinets connectés à un collecteur à 4 voies. En effet, en plus des 2 entrées du réservoir principal et du secondaire, ce collecteur possède 2 sorties. La première alimente le circuit mécanique d’essence. Par mécanique j’entends que l’essence est aspirée par la pompe mécanique. La seconde sortie alimente le circuit électrique relié à la pompe Autopulse ou Electropulse. Ces 2 circuits se rejoignent au carburateur via un double banjo. Sur le dessin suivant, le collecteur est renseigné par la lettre H.

Voici quelques photos du collecteur original.

J’ai obtenu via Patrick Tedeschi un moulage non usiné du collecteur original ainsi que des copies des robinets.

Ayant un doute sur l’étanchéité de ces robinets, et étant incapable pour l’instant d’usiner ce collecteur, je me suis décidé à le reconstruire de manière plus simple, en utilisant un tube métallique, et en respectant au maximum les dimensions de l’original. Mais d’abord, j’ai recherché des robinets à essence de taille équivalente. J’en ai trouvé sur eBay, provenant de Chine. Les voici comparés à un robinet original (à droite).

Pour le collecteur, un tube est découpé à la bonne longueur, et les points de fixation du collecteur sur la caisse sont soudés. J’ai percés 3 trous et j’ai fileté les 4 sorties. J’ai ensuite pu monter le collecteur avec ses robinets.

Pour m’assurer de l’étanchéité, j’ai coulé de l’époxy à l’intérieur. Les robinets et les sorties en laitons sont également fixées à l’époxy. Une fois le collecteur fini, je l’ai peint tout simplement.

Alors oui, ce n’est pas la pièce originale (un jour je la monterai…), mais voilà une pièce neuve, étanche (je l’espère), aux bonnes dimensions, de surcroit situé dans un endroit non visible qui me permettra d’utiliser mes 2 réservoirs d’essence. Que demande le peuple !!!!

Sur ce, A+







  • Commentaires(1)//sahara.jeepbigone.be/#post106

N.O.S.

Circuit essencePosté par Big One 16 mai, 2019 15:14:53

N.O.S., autrement dit New Old Stock, une pièce d’origine mais n’ayant jamais été installée. Pour tout amateur de voitures anciennes, ce genre de pièces est souvent remplies d’émotion. En effet, pouvoir ouvrir un vieux carton jauni par le temps pour découvrir un élément qui n’a jamais été touché ni installé provoque des sensations semblables à celle d’un archéologue découvrant une sépulture inviolée, pareille à celle d’Howard Carter et de Lord Carnavon découvrant la tombe de Toutankhamon. Je m’emballe vous direz, et vous avez raison. Pourtant, quand il s’agit de jeeps, ces pièces ne sont pas si rares, et les revendeurs spécialisés en possèdent des stocks conséquents, récupérés après guerre ou rachetés lors de ventes de domaines.

Pour ma part, j’en ai dégoté quelques-unes, comme par exemple le bras de mon rétroviseur gauche, acheté à Genappe et encore emballé dans un papier gras datant de la seconde guerre. Ma pompe Autopulse 24V également, trouvée sur eBay.com et neuve du haut de ses 75 ans : elle équipait des moteurs d’avions durant la guerre et est du même modèle que les pompes des M201 SAHARA.

Par contre, ce qui est vraiment rare à trouver ce sont des pièces N.O.S. de sahariennes. Déjà les pièces originales sont rares, mais alors du N.O.S., je ne pensais plus que cela existait. Or, en discutant avec Jacky V., le propriétaire de la M201 SAHARA 231 1871 en cours de rénovation complète, je m’étais intéressé aux pièces sahariennes qu’il avait déjà en sa possession. Et c’est là qu’il m’a envoyé cette photo du boitier de commande des réservoirs d’essence. Vous imaginez mon excitation à la vue de cette pièce, complètement neuve et possédant encore son étiquette. Waouwww !!!!!!!



Je ne sais pas d’où elle provient, comment il est tombé dessus, mais quelle belle pièce.

Je ne possède qu’une copie de cette pièce terriblement rare, mais de très belle facture. Mon hussard favori du sud de Paris avait quant à lui reproduit le boitier grâce à une imprimante 3D.

Je me suis évidemment tout de suite demandé qu’elle était la signification des inscriptions sur le papier, et j’ai trouvé la réponse dans un manuel très important, j’ai nommé le MAT3310, ex MAT3541, dans son édition d’octobre 1964. Ce manuel reprend la liste de TOUTES les pièces de jeeps disponibles, présentées sous forme de tableau, avec comme particularité 6 colonnes renseignant pour quelle modèle de jeep la pièce est disponible. En recherchant dans le chapitre alimentation, je suis tombé sur le détail du boitier de commande des robinets d’essence.



83213 est donc le numéro de fabrication de cette pièce. Ce numéro doit être précédé du préfixe F-HO. Il existe un autre préfixe pour d’autres pièces : US-WO. Il est donc facile de comprendre que F-HO doit signifier France, Hotchkiss.

Ensuite se trouve le mot « COMMANDE » qui est le mot vedette de stock de l’identité militaire. Combiné au numéro de nomenclature militaire 384-584375877, cela détermine l’identifiant unique de cette pièce. Et ce numéro de nomenclature se retrouve aussi sur l’étiquette du boitier mais dans une structure différente puisque les chiffres sont groupés par 3 : 384 584 375 877.

Cette étiquette m’a inspiré, et je l’ai donc reproduite de la manière la plus fidèle qui soit (à l’exception de la jeep qui est un peu trop détaillée chez moi). Un peu de recherche sur Internet pour retrouver le logo de Willys Overland France, un peu de Photoshop, et une impression sur un vieux papier jauni que je possède. Voilà le résultat :



Dernière constatation dans le MAT : la pièce F-HO-83213 est composée de 2 pièces identifiées par les numéros de fabrication 88350 pour le joint entre le boitier et le plancher, et 88483 pour la commande des robinets, à savoir le boitier de commande tout seul. Et là, JACKPOT, je me suis toujours demandé ce que signifiais le nombre situé sur le dessus du boitier : il s’agissait simplement d’une référence de construction.



Cette pièce va bientôt trouver sa place sur la jeep. Et je risque aussi de vous reparler du MAT3310 dans un prochain article.

Sur ce, A+







  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post104

Isolation

Circuit essencePosté par Big One 12 mai, 2019 20:15:49

Je constate que la réalisation du réservoir secondaire a monopolisé tout mon temps. Depuis qu’il est fini, j’ai pu enfin me relancer sur des petites pièces spécifiques aux M201 SAHARA.

C’est ainsi que je me suis attaqué à un des systèmes visant à contrer le vapor-lock. L’un d’eux est l’utilisation de 2 écrans d’isolation, le premier placé entre le bloc moteur et la pompe à essence mécanique, le second placé entre le bloc moteur et le carburateur. C’est ce deuxième écran que j’ai reproduit. Pour ce faire, j’ai pu m’inspirer de 2 photos du compartiment moteur de M201 SAHARA dans lesquels cet écran est présent, mais aussi d’une photo de l’écran original.

J’ai donc rapidement déterminé la taille de la pièce, et j’ai découpé une tôle de 1mm que j’ai ensuite pliée pour obtenir la bonne forme.

J’ai soudé les 2 pattes d’attache qui permettent la fixation sur le bloc moteur et j’ai foré les trous devant fixer l’élément isolant qui dédouble la plaque. Le mien sera composé d’époxy et de fibre de verre.

Ensuite j’ai riveté le tout et j’ai mis en couleur.

Voilà le premier montage. Et sur cette photo vous constaterez l’état assez perméable de mon carburateur Zénith. J’en ai profité pour le remplacer par un Solex neuf. Voilà donc le montage final de cette petite pièce de détail, mais qui fait toute la différence…

Enfin, dans mon article sur les bidouillages de la série 221 21XX et dans sa suite, vapor lock et nouvelle hypothèse, j’abordais le déplacement du filtre à essence de l’intérieur du bloc moteur vers l’extérieur, et plus précisément sous l’aile avant gauche. J’ai donc fixé un filtre à cet emplacement. Il n’est évidemment pas encore raccordé, mais constitue un élément de plus dans le circuit d’essence si spécifique des M201 SAHARA.

Le puzzle se construit. La suite au prochain épisode…

A+















  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post103

Promis, c’est la dernière fois que je vous parle de réservoir…

Circuit essencePosté par Big One 27 mars, 2019 21:57:54

Et oui, toutes les sagas ont une fin. Et c’est avec beaucoup de bonheur que je vous annonce la fin de celle du réservoir. En effet, j’ai pu avancer ces derniers jours et j’ai finalisé le réservoir secondaire.

Mais petit rappel : lors du dernier épisode, je m’étais rendu compte que j’avais réalisé une passoire pour spaghetti plutôt qu’un réservoir. Il fallait agir, et j’ai donc commandé un kit Restom.


Le principe est simple : 3 étapes. La première vise à dégraisser l’intérieur du réservoir. La seconde est un traitement phosphaté qui élimine la rouille. Enfin, la dernière étape est l’ajout d’une couche d’époxy. Pour éviter aux différents liquides de traitement de fuir, j’ai du boucher tous les trous avec de la bande adhésive.


Voici 1 photo de l’intérieur du réservoir après traitement. J’ai testé avec un verre d’eau. Il ne fuit plus !!!!!!



Cela étant fait, il a fallu attendre 1 semaine que l’époxy durcisse parfaitement. J’ai ensuite pu passer à la peinture. Tout d’abord 2 couches de primer rouge. Ensuite, enfin du beige !!!!


Voici le résultat final avant montage:


Parallèlement, j’ai continué la réalisation de la sangle d’attache.


Ensuite, j’ai percé quelques trous dans la caisse. Le premier est la sortie d’essence.


Et les suivants m’ont permis d’attacher la sangle. Voici donc le résultat final :

Et la comparaison avec le réservoir (original celui-là) d'une autre M201 SAHARA:



Je sais qu’il n’est pas parfait et certainement sur les soudures, mais je reste quand même assez fier de la réalisation.




C’est donc avec un grand OUF que je clôture cette phase de la transformation. Je suis heureux de pouvoir ENFIN passer à autre chose, comme l’installation d’un poste radio par exemple…




Sur ce, A+








  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post98

Pour que les fesses de l’adjudant restent bien au sec

Circuit essencePosté par Big One 21 févr., 2019 20:12:37

Un réservoir bien étanche, c’est notre souci à tous. En effet, l’essence qui fuit provoque des irritations sur la peau et des mauvaises odeurs. Et nous voulons que les fesses de l’adjudant restent bien au sec.

Pour ce faire nous allons tester le réservoir de SAHARA, dans lequel nous versons ce liquide bleu.

Et on constate que c’est là, dans les replis et les soudures, que les fuites se concentrent.

Mais alors que faire ? La solution ce sera RESTOM.

RESTOM va, je l’espère, garder toute l’essence à l’intérieur car quoi de plus important que les petites fesses de l’adjudant ?

RESTOM, pour que les petites fuites ne deviennent pas de grandes catastrophes.

Et parlons-en du réservoir, j’ai finalisé les opérations de disquage et de ponçage et j'ai étamé le bouchon.

Mon kit RESTOM est commandé et devra assurer une parfaite étanchéité de l’intérieur. En attendant qu’il arrive, j’ai commencé ma sangle de fixation. Il s’agit d’une latte de métal doublée d’une sangle. Cette dernière est fixée par des agrafes. J’ai donc fait des paires de trous tous les 10 cm pour pouvoir mettre les agrafes.

Voici un test du montage tout simple.

Je dois ensuite faire les pattes d’attaches.

Et pendant ce temps-là, mon réservoir #2 a trouvé un foyer. Il fait désormais le bonheur d’une jeep du 1er RHP quelque part au Sud de Paris…

L'effet est saisissant!

Enfin, dernière nouvelle, je me suis lancé sur un autre projet que je vais développer dans un blog, de manière tout à fait semblable au blog Sahara. Il s'agit d'un site abordant les jeeps en Belgique. Le sujet n'en a pas l'air, mais risque d'être vaste. Rendez-vous donc sur le nouveau blog: belgian-jeep.jeepbigone.be. Bonne lecture!!!

A+











  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post95

Est-ce que je vous ai dit que je construisais un réservoir ???

Circuit essencePosté par Big One 13 févr., 2019 17:18:57
Et oui, la saga continue, mais j’espère bien qu’elle va bientôt s’arrêter ! Or donc, j’ai attaqué mon 3e réservoir, et je suis, enfin, (quasi) tout à fait content du résultat. Certes, ce ne sera jamais un réservoir d’origine, mais l’idée de penser que je l’ai réalisé tout seul alors qu’il y a à peine 2 ans je n’avais jamais touché ni une disqueuse ni un poste à souder et que mon expérience du travail et de la transformation du métal se limitait à emballer un pic-nic dans du papier alu me réjouit.

Nous en étions donc arrivés au stade pré soudure. J’ai donc attaqué les soudures des 2 nervures intérieures.

Au début, cela a été sans problèmes, puis j’ai à nouveau eu des problèmes de réglages comme je vous l’avais déjà mentionné dans un précédent article. Impossible de faire une soudure propre. Je pense que j’ai un problème d’arrivée du gaz sur mon poste et j’obtiens des soudures pleines de bulles. J’ai donc décidé d’arrêter de souder avec mon fil de 0,6 au gaz, et de tenter le coup avec du fil fourré de 0,9. Et le résultat ne m’a pas déçu. Alors oui, cela fait plus de projections, mais les soudures sont propres et le résultat est bon.

J’ai donc terminé de souder les 2 nervures.

Ensuite, j’ai rigidifié la tôle en soudant des petites lattes sur les parties devant rester rectilignes. Cela a incroyablement facilité l’opération « d’emballage » des nervures par la tôle extérieure.

J’ai fermé le réservoir et j’ai soudé complètement l’enveloppe extérieure. Ensuite, j’ai disqué.

L’étape suivante a consisté à découper le coin du réservoir.

J’ai pu le mettre en place. Voici la comparaison entre le réservoir #2 et le #3. C'est beaucoup mieux, mais est-ce comme l'original. J'en doute, mais je m'en contenterai cette fois.

Lors de la construction des réservoirs #1 et #2, j’avais découpés les bords latéraux de la même taille que les nervures. Leur placement avait été très complique parce que lors de l’emballage, la tôle avait tendance à bouffer et à se déformer un peu sur les bords. Grâce aux lattes de renfort dont je vous ai parlé plus haut, ce problème a été fortement réduit. On constate bien que les faces inférieure et supérieure sont parfaitement rectilignes. J’ai ensuite fait 2 modèles en carton-mousse des 2 côtés, sur base de la forme réelle du réservoir et pas sur base des nervures intérieures.

Ces modèles m’ont permis de créer les côtés. Leur mise en place a été un vrai plaisir cette fois-ci.

J'ai placé la tubulure d'aspiration de l'essence avant de fermer les côtés.

Puis j’ai soudé les côtés extérieurs, en commençant par le côté rogné puis par le côté tout à fait rectiligne. Avant la soudure, j’ai également plié la tôle à l’endroit ou passera la sangle métallique devant maintenir le réservoir.

Et voilà la soudure avant ponçage/disquage.

La semaine prochaine je m’attaque à l’étanchéité.

A+







  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post94

Tôlerie, épisode 3479…

Circuit essencePosté par Big One 12 janv., 2019 20:46:29

Comme précisé dans mon précédent article, mon second réservoir est parti faire le bonheur d’un hussard pensionné. Le premier réservoir visait à me faire la main. Le second devait être le définitif et j'ai longtemps hésité à le garder, puis les fêtes approchant, j'ai voulu faire plaisir à un pauvre jeeper dont la saharienne n'est même pas couleur sable... Il est donc parti au sud de Paris par Mondial Relay et moi je suis retourné chez mon fournisseur en métaux divers et j’ai commandé de nouvelles tôles pour lancer la construction de mon 3ème réservoir. Alors oui, j’aurais peut-être mieux fait de mettre mon orgueil dans ma poche, et de simplement acheter le vrai réservoir de saharienne disponible (mais hors de prix) sur le site de jeep, Dodge, GMC. Seulement je ne suis pas comme ça. Je ne me soumettrai pas à des vendeurs revenant sur leurs écrits (non, je n’ai pas dit malhonnête !).

En fait, j’ai pris goût à travailler la tôle et j’ai envie de pouvoir dire : « le réservoir ? c’est moi qui l’ai fait !!!! ».

À cela mes interlocuteurs ébahis lâcheront un « Waouw !!! ».

Ce à quoi je répondrai : « Non, c’est un WOW, un pur produit Willys Overland Waterloo ! »

J’ai donc analysé ce qui n’avait pas été sur la construction des 2 réservoirs précédents. Le principe de construction est simple : « j’emballe » 2 nervures dans une tôle de 1mm d’épaisseur. Une fois l’enveloppe extérieure en place, je ferme les 2 côté au moyen de 2 tôles dont les bords sont en « L ». Enfin, je soude tout le pourtour. ´

La première des choses que je vais devoir changer est ma philosophie de travail. Le manque de temps et l’envie d’avancer m’ont souvent fait travailler dans la précipitation, ce qui a conduit à de grossières erreurs.

Erreur stupide due à la précipitation sur le réservoir 2: La moulure a été faite trop à l'intérieur de la tôle, et je me suis aligné dessus pour faire la coupe. Résultat, un réservoir un peu trop coupé..

J’ai également analysé toutes les photos que je possède afin de sortir des plans plus précis.

Alors que le réservoir fait 510 mm de largeur, j’avais acheté une tôle de 530 mm de largeur. Pourquoi ? Je pensais que cela me laisserait une marge de manœuvre et l’objectif était de disquer les 2 cm excédentaires en fin de construction. Or, cette opération de disquage se révèle imprécise et j’ai même du disquer dans des soudures attachant les côtés pour avoir la taille requise. J’ai donc demandé une tôle de la bonne largeur maintenant.

Après disquage du centimètre excédentaire, une partie de ma soudure et coupée...

Je devrai être plus précis dans le montage des côtés, ce qui est le 2ème gros problème que j’ai rencontré. En effet, le profil de ces côtés est évidemment le même que celui des nervures internes, or lors de mon opération d’emballage, la tôle n’est pas parfaitement pliée (j’ai pas le matos…). Elle a tendance à bouffer un peu et j’avais dû me battre pour placer les côté extérieurs. Je vais devoir m’arranger pour que les côtés plats de la tôle gardent leur rectitude, ce qui facilitera grandement le montage final. Les moulures rigidifient en partie la tôle, mais je les renforcerai au moyen de petites lattes internes. Ces lattes me serviront aussi de support pour le positionnement des 2 côtés.

Sur la surface supérieure du réservoir, les 4 rainures avaient été faites « main levée », ce qui donnait un résultat assez satisfaisant mais pas à 100% réguliers et trahissaient une construction artisanale et pas en série. J’ai remédié à ce problème en utilisant simplement un guide bloquant ma tôle.

J’ai donc finalisé mes 2 nervures et j’ai préparé ma tôle en effectuant au préalable tous les trous et le bombage inférieur. J’avais fait cette opération à la fin du montage pour les 2 premiers réservoirs, et évidemment toute la limaille était tombée à l’intérieur.

La semaine prochaine, je vais commencer à souder : d’abord mes lattes internes pour rigidifier la structure, ensuite je procéderai à l’emballage avec soudure des nervures sur la tôle.

Une des 2 nouvelles nervures.

Les moulures sont tout à fait rectilignes.

La tôle est finalisée avant le montage: Les trous sont effectués et l'emboutissage est fait.

Prêt pour les soudures

A+







  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post90

Tôlerie, épisode 5 !!!

Circuit essencePosté par Big One 23 nov., 2018 13:26:20
Et oui, me revoilà pour le 5ème épisode de la saga ! Je suis toujours occupé à travailler sur mon réservoir, et j’ai pu bien avancer cette semaine.

Lors de mon dernier article sur le blog, j’avais finalisé le montage en soudant les 2 côtés, mais sans souder tout le pourtour. J’avais un petit problème de soudure (bulles), que j’ai résolu et donc j’ai finalisé la fixation des flancs.


Ensuite, j’ai disqué et poncé pour rendre la soudure plus belle. Au passage, remarquez que mon réservoir est encore loin d’être étanche.


Après cette étape, j’ai placé le réservoir dans la jeep. Il se met parfaitement. Je râle par contre : une petite erreur de mesure et un peu trop de précipitation font que j’ai rogné un peu trop le côté coupé. Il n’a donc pas les dimensions exactes du réservoir original. Pour l’instant je vais faire avec. Mais déjà l’idée me trotte de faire un 3ème modèle. A force, on s’améliore.


Ensuite, j’ai brasé à l’étain les 2 ouvertures de vidange et d’arrivée d’essence.


Après quelques coups de disqueuses et un bon nettoyage en profondeur, j’ai pu enfin mettre ma couche de primer.


Mais quid de l’étanchéité ? J’ai trouvé sur Internet des kits de résine époxy spécialement conçus pour les réservoirs. Une double couche devrait m’assurer une étanchéité parfaite et de plus protégera l’intérieur du réservoir de la rouille.

A+







  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post87

Tôlerie, épisode 4

Circuit essencePosté par Big One 26 oct., 2018 17:56:28

Et oui, ce n’est toujours pas fini. Je suis malheureusement occupé sur un projet au boulot et j’ai donc moins de temps à consacrer à mon réservoir et par là-même au blog. Mais dès que j’ai 2 heures de libre, je les consacre à la jeep, ce qui m’a permis d’avancer encore un peu.

Tout d’abord la goulotte a été raccourcie pour s’adapter à la profondeur moins grande du réservoir.

Ensuite, j’ai finalisé le coté arrière du réservoir. Il n’est pour l’instant certainement pas imperméable. J’analyse des options, et je me dirige vers une imperméabilité par de l’epoxy à l’intérieur.

L’arrière terminé, je suis passé à la face avant. Je me suis battu pour faire entrer le flanc dans son emplacement. Mais une fois réussi, j’ai pu le fixer par quelques petits points de soudures.

Par contre, je n’arrive plus à obtenir de belles soudures. J’ai tout le temps des bulles. Cela doit être un réglage, mais je ne le trouve pas.

La suite et j’espère la fin, au prochain épisode et pour se motiver, une petite photo de la SAHARA sur les champs de bataille de Waterloo.

A+









  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post86
Suivant »