Jeep M201 Sahara

CalandresDivers

Posté par Big One 15 févr., 2018 21:49:26

Dans mon article intitulé "2 nouvelles photos" du mois passé, j’avais pointé la calandre d’une Jeep Sahara (probablement la 211 4010) peinte en 2 couleurs et qui faisait penser aux Jeep de la circulation routière.

Blog image

Toutefois, 3 détails avaient attiré mon attention :

Le premier est la surface de la peinture. En effet, toute la calandre est généralement peinte or ici un carré est peint sur la calandre sur la partie située devant le radiateur et dès lors la calandre autour des phares est dans la couleur d’origine de la Jeep.

Ensuite, la partie blanche est située en bas (à droite donc) par rapport au vert, or sur la Saharienne, la peinture plus claire est placée au-dessus.

Blog imageBlog image

Blog image

Grâce à mes (nombreux) lecteurs assidus j’ai pu retrouver une peinture tout à fait semblable sur une Jeep Willys ITM d’Indochine. En voici la photo :

Blog image

Donc, cette Jeep Sahara pourrait être une Jeep de la circulation routière mais c’est là qu’intervient le troisième détail. Je doute en effet de la couleur blanche et verte de la calandre. En effet, j’avais pointé dans mon précédent article le contraste entre la couleur blanche et la couleur beige sur le pare-chocs.

Blog image

Or sur la calandre ce contraste n’est pas aussi marqué et donc la partie peinte en claire n’est probablement pas blanche, mais d’une couleur claire assez proche du beige. Je pense à du jaune. Et si ce n’est pas du blanc, aucune raison que l’autre couleur soit verte.

Pour valider cette hypothèse j'ai trouvé un software qui permet de colorier une photo en noir et blanc et voici le résultat:

Blog image

Les Jeep sont bien beiges et la calandre apparait en jaune et orange, hypothèse que j'avais formulée dans mon article précédent. Toutefois, ce n'est toujours pas une preuve, et en outre je ne sais pas à quelle arme pourrait bien appartenir une telle Jeep.

Je me suis donc mis en recherche de photos de Jeep M201 ayant des calandres bicolores.

La première que j’ai trouvée est celle du Colonel Oddo du 4ème Régiments de Hussards (encore un hussard…) dont voici la superbe photo en couleur :

Blog image

La calandre est peinte en bleu marine très foncé (ou noir) et blanc. Remarquez également que la diagonale est différente et part du haut de la calandre gauche vers le bas de la calandre droite.

Ensuite, je suis tombé sur cette photo d’une M201 dont la calandre est verte et jaune. C’est beaucoup plus intéressant car cela pourrait valider mon hypothèse de couleur.

Blog image

Par contre, je n’ai aucune idée de l’affectation de cette Jeep, mais les décors semblent bien algériens.

Parallèlement à ces recherches, J'ai pu effectuer quelques travaux sur la Jeep. Cela avance lentement mais bon...

j’ai dû modifier mes échelles de désensablage. En effet, malin comme je suis-je les ai faites trop large. Erreur classique, je n’ai pas compté la largeur du tube lors de la coupe de mes longerons. Impossible à attacher sur la Jeep. Je reprends donc à mon compte le dicton « quand on n’a pas de tête, il faut avoir des jambes » et le transforme en « quand on est con, il faut une bonne disqueuse ».

Blog image

J’ai également placé mon deuxième support de jerrican sur le marchepied avant-gauche, ce qui oblige à déplacer l’extincteur sur l’aile avant supérieure et le lot de bord sur le capot.

Blog imageBlog image

J’ai enfin placé également mon support de jerrican à eau entre les 2 sièges avant.

A+










Une bonne semaine de boulottransformation / rénovation

Posté par Big One 26 janv., 2018 11:24:19

Cette semaine j’ai pu me consacrer à différents éléments de la Jeep, et commençons par le commencement, les échelles de désensablage.

Sur de nombreuses photos de Jeep Sahara on constate l’ajout sur le coffre avant de 2 échelles de désensablage, alors que le lot de bord comprend 2 tapis de désensablage fixés sur les coffres arrière. Cela donne l’impression de faire double usage, mais je pense que les 2 systèmes sont complémentaires.

Blog image

Je me suis rendu donc chez un ferronnier pour acheter des tubes en acier. J’ai pu les découper sur place ce qui m’a facilité fortement la vie.

Blog imageBlog image

Ensuite, après quelques tests avec le poste à souder, on passe au montage.

Blog image

Je suis assez content du résultat compte tenu du fait que c’est un de mes premiers travaux de soudure.

Blog image

J’ai continué sur ma lancée avec la finalisation du support de jerrican à eau. Il me fallait souder 2 pates d’attaches permettant la fixation sur la caisse de la Jeep.

Je ne suis pas encore un pro en soudure. Heureusement la disqueuse est un atout parfait pour les débutants !!

Blog image

Blog imageBlog image

Ensuite, j’ai passé une couche de primer.

Blog image

Puis atelier de peinture de l’ensemble des pièces (dont un petit jerrican 10l et son support, merci les Hussards !) en couleur sable.

Blog image

Enfin j’ai finalisé mon support en plaçant les 2 sangles d'attache. Pour obtenir une couleur beige, j’ai passé les sangles kaki achetées au Sud Est dans l'eau de javel. J’en ai profité pour repeindre mon jerrican à eau et voici le résultat final :

Blog image

A+







2 nouvelles photosDivers

Posté par Big One 21 janv., 2018 20:59:28

J’ai dégotté hier quelques nouvelles photos de sahariennes sur des sites d’anciens. Parmi celles-ci, 2 sont intéressantes à plus d’un titre.

Commençons par la première qui montre un petit bivouac dans les environs de Reggane. A l’arrière-plan on voit 2 Jeep Sahara et, chose remarquable, on peut lire leur plaque d’immatriculation ce qui va nous permettre de voir si elles font bien parties des séries de sahariennes identifiées dans mon article de janvier de l’année passée (immatriculation des sahariennes).

Blog image

Analysons d’abord la Jeep de droite.

Blog image

Sa plaque est 034 1?7. Je pencherais pour 034 157 ou 034 187. Elle date donc de fin 1959 et il s’agit d’une Sahara 6V. Dans mon article sur les immatriculations, j’avais identifié une série de Saharienne 6V dont les immatriculations allaient de 034 072 à 034 171. Cette Jeep fait donc partie de cette série de production. J’avais de plus identifié une Jeep 034 254, et il n’est pas incongru de penser que la série aille de (<=) 034 072 à (>=) 034 254, ce qui représente un minimum de 182 Jeep.

Passons à la Jeep de gauche dont la plaque est sans équivoque 221 2196.

Blog image

C’est une Jeep de 1962 en 24 volts. La série précédemment identifiée dans l’analyse des immatriculations des Saharienne de 1962 était la suivante : 221 2130 à 221 217x( ?). Cette série se voit donc agrandie de 15 à 25 Jeep.

La 2ème photo montre un alignement de Jeep dont les 3 centrales sont des sahariennes.

Blog image

Commençons par la Jeep la plus à droite à nouveau. Il s’agit d’une 6 volts et on reconnait également une plaque commençant par 034 mais dont la suite est difficile à lire, quoique que je pencherais pour 034 177 ou 178. Cela la place donc dans la série de 1959 précitée.

Blog image

La Jeep du milieu est une 24 volts (pas de phare blackout sur l’aile gauche, préfiltre sur l’aile droite), et je peste sur l’appelé dont la tête m’empêche de lire la plaque !!!

Passons enfin à la Jeep de gauche dont on ne lit que les 3 derniers chiffres 010 de sa plaque d’immatriculation.

Blog image

Son absence de blackout sur l’aile gauche en fait certainement une 24 volts. Or, seule des Jeep de 1961 et de 1962 en 24 volts se sont retrouvées dans le Sahara. Sa plaque commence donc certainement par 211 (pour 1961) ou 221 (pour 1962). La plaque doit donc être 2x1 y010.

Or, dans mon article je n’ai identifié qu’une série en 1961 allant de 211 4004 à 211 4087 et une autre en 1962 allant de 221 2130 à 221 2196.

Il s’agit donc plus que probablement de la 24v 211 4010 de 1961.

Mais il y a plus intéressant : la peinture de sa calandre ! On voit clairement 2 triangles peints et qui rappellent les Jeep de la circulation routière.

Blog image

La diagonale va de gauche en bas vers la droite en haut. Il est tentant donc de dire que ce véhicule est une Jeep de la circulation routière, mais ce n’est pourtant pas si simple.

En effet, à la différence des Jeep de la circulation routière, la partie blanche et la partie verte semblent inversées par rapport à une Jeep de la circulation.

Je doute de plus de la blancheur du triangle supérieur. En comparant le blanc des extrémités du pare-chocs avec la couleur sable de la Jeep, et la couleur claire de la calandre avec la couleur sable de la jeep, on constate un contraste beaucoup plus important entre les 2 couleurs sur le pare-chocs que sur la calandre. Je pense donc qu’il s’agit d’une couleur proche du beige, et peut-être bien du jaune.

Blog image

Quant au triangle inférieur, il est très difficile de déterminer sa couleur. Ce n’est pas trop foncé donc j’éliminerais le rouge, et miserais donc sur un vert ou un bleu pas trop foncé ou pourquoi pas orange.

Voici en comparaison des calandres bicolores vertes et blanches en photo noir et blanc. La partie verte est beaucoup plus foncée sur ces photos.

Blog imageBlog image

Cette calandre reste donc un point d’interrogation et n’hésitez pas à m’envoyer des infos si vous en possédez.

A+





Petits travauxtransformation / rénovation

Posté par Big One 16 janv., 2018 10:32:02

La Jeep ne roulant pas trop en hiver, j'avais décidé de m'attaquer à une rénovation complète des freins arrières. Cette rénovation était indispensable et m'a pris évidemment du temps que je n'ai pas pu consacrer à la "Saharaification" de mon véhicule. Je l'ai finalisée la semaine passée et je peux dès lors à nouveau m'attaquer à mon projet.

Tout d'abord, j'ai remonté mon phare de recherche Auteroche, avec son optique d'origine, sa poignée et une belle ampoule jaune, de quoi rendre jaloux tout possesseur d'une saharienne digne de ce nom!!!

Blog imageBlog image

J'ai également commencé les travaux de ma capote.

Blog imageLa bâche est piquée et trouée en certains endroits. Elle va subir sous peu un nettoyage BONUX en profondeur pour lui oter plus de 50 ans de crasses incrustées. Il faut aussi changer le mica arrière et donc j'ai démonté le cerclage métallique et je l'ai dérouillé puis repeint.

Blog image

Et enfin, je me suis mis à la soudure. Pour ce projet, il fallait que je m'y mette. Je dois en effet souder différentes pièces sur le châssis (support Bavox, support pompe à essence,...), mais également faire mes échelles de désensablage, et finaliser mon support central de jerrican à eau.

J'ai donc investi suite aux conseils d'une chaine Youtube (les mécanos du dimanche) dans un poste MIG très facile d'emploi.

Après mes premiers essais de cordon assez concluant,

Blog imageje me suis lancé sur mon support de Jerrican. Il lui manquait les 2 passages pour la sangle d'attache. Donc j'ai fait 2 encoches à la scie sauteuse puis j'ai soudé une petite patte sur le support, l'épaisseur de la tôle permettant le passage de la sangle.

Blog imageBlog imageBlog imageBlog image


Et pour une première, je suis assez content de moi. Certes, ce n'est pas parfait, mais une bonne disqueuse permet de facilement retirer les petites imperfections et après peinture cela le deviendra (ou presque).

A+











Perfectionnisme éclairéAuteroche

Posté par Big One 06 janv., 2018 20:37:01

Parmi les équipements des Jeep Sahara, on trouve un phare de recherche de type Auteroche fixé sur le pare-brise, côté conducteur (cf article : Phare de recherche)

Blog image

On retrouve des phares de recherche sur de nombreuses photos d'époque, mais il s'agit toujours d'installation en unité.

Blog imageBlog image

Sur la Jeep Sahara ce sera un équipement d'usine.

J’ai trouvé mon phare sur Le Bon Coin. On y trouve pas mal de phares fouilleurs, ou phares de recherche, et je voulais le mien le plus proche possible de l’original. Il ne fallait pas simplement placer un phare sur le pare-brise, parce qu'il est facile de trouver des phares Auteroche pas cher sur Le Bon Coin:

Blog image

Il fallait placer LE PHARE Auteroche. Il existe un éclaté qui le représente en détail :

Blog image

Comme point remarquable, on distingue la rotule permettant de l’orienter : Il s’agit d’une boule ronde en bakélite.

La poignée est aussi importante. Il existe par exemple des modèles que l’on oriente avec un plot comme sur la photo suivante :

Blog image

Mon phare n’avait pas de poignée initialement mais j’ai réussi à en trouver une chez un collectionneur.

Le support horizontal fixé au pare-brise a été acheté chez mes fournisseurs du Sud Est.

Blog image

Ayant vu ce genre de bras de support Auteroche original en photo, mais destiné à d’autres véhicules, je doute de la forme parfaite du modèle vendu. Ce dernier est anguleux or les modèles d’époque sont arrondis comme sur cette pièce originale:

Blog imageBlog image

La Jeep Sahara ne fait que reprendre des éléments existant sur d’autres véhicules donc pourquoi est-ce que ce bras serait anguleux juste pour les Jeep ? On estime à +/- 400 le nombre de sahariennes produites, Auteroche n’a certainement pas fourni un bras spécifique aux sahariennes, mais a vendu un modèle existant. Cette hypothèse est malheureusement très difficilement vérifiable car il n’existe pas de photo sur laquelle on le voit d’assez près. J’ai pourtant trouvé des installations quasiment identique (mis à part la poignée et la couleur) sur des Citroën AC4 (qui pour info est un véhicule datant des environs de 1930 !).

Blog image

La photo qui montre le plus de détail de ce bras est la photo de la Jeep Sichler, dont je vous montre ici un agrandissement :

Blog image

Et donc petit à petit mon phare se rapproche de l’original, et je dois avouer que je l’aurais bien laissé comme tel si je n’avais eu un commentaire cinglant d’un hussard collectionno-observateur :

« Ton optique de phare ? Elle est en biseau ? Regarde ce que je viens d’acheter…».

S’en suit une série de photos représentant un phare avec une optique comme il faut, et là, la saine émulation guidant le collectionneur dans sa restauration se transforme soudainement en une jalousie démesurée !!!! Je vais devoir encore sonder les fonds de page du Bon Coin et d’eBay.fr !

Mais bon joueur, ce fut la personne m’ayant pointé le détail de l’optique du phare qui me trouva le modèle original sur eBay.fr.

La voici:

Blog image

Que constate-t’on ? L’optique est orientée légèrement vers le bas car la partie supérieure horizontale est plus grande que la partie inférieure (en bleu sur le détail de l’éclaté).

Blog imageBlog image

De plus, le dessin représente des lignes verticales (3 de chaque côté) entourant une ligne plus prononcée sur laquelle se trouve le logo Auteroche.

Et voici dès lors le phare pré-monté comme il se doit avant son retour sur la Jeep, avec la bonne optique et la poignée d’origine. Finalement, tout est dans le détail et je pense que maintenant mon phare est semblable au modèle qui équipait les Sahariennes.

Blog imageBlog image

Mais j’entends déjà les prochaines remarques : « Oh, toi le Belge, tes ampoules de phares, elles sont jaunes ???? T’as une dJeep française, te faut des ammpouleeuh jôônes pardi !! ».

Ah les Frouze, je vous jure !!!!!

Car en effet, alors que les voitures du monde entier se voyaient affubler des ampoules blanches, la FRANCE se démarquait avec des ampoules jaunes à partir de 1936.

Pourquoi ? Il semblerait que ce soit une demande des militaires, le but aurait été de reconnaitre plus facilement les véhicules ennemis. Que dire sinon.. voilà…

Pendant que les nazis décuplaient leur puissance industrielle et sortaient des usines avions, chars et armes à la pelle, les français changeaient la couleur de leur phare. Bon, d’accord, le raccourci est facile. Moi ça me donne juste envie de regarder la « 7ème compagnie » ce soir !!!! « Il nage bien l’Chef ! »

Et donc dans un souci de perfection et afin de couper court à toutes remarques futures, je vais donc passer aux ampoules jaunes. Et clairement que dans les belles rues de Waterloo (où j’habite), je vais croiser beaucoup de véhicules ennemis.

Blog image

A+















Joyeux NoelDivers

Posté par Big One 26 déc., 2017 10:46:17

Blog image

Coffre à outilCoffre à outil

Posté par Big One 09 déc., 2017 20:55:30

Aujourd’hui nous allons aborder un élément très remarquable des Jeep Sahara, à savoir le coffre à outil qui se trouve placé entre les 2 longerons avant du châssis, devant la calandre.

Un des défauts de la Jeep est son manque de rangement. On trouve au-dessus des roues arrière 2 coffres de rangement intégrés dans les ailes qui permettent de stocker du petit matériel. Une partie du lot de bord trouve place en-dessous de la banquette arrière, voir entre les sièges avant. Ne parlons même pas du barda et des équipements personnels qui finalement terminent entassés et attachés sur la caisse de la Jeep comme sur cette Hotchkiss M201 en opération au Tchad durant l’opération Manta.

Blog image

Les Jeep Sahara de par leur lot de bord plus important (ajout des tapis de désensablement, compresseur Bavox, …) possèdent encore moins de place. De plus, l’espace dans l’habitacle est réduit : dessous du siège passager occupé par un réservoir, espace entre les 2 sièges avant occupé par un jerrycan d’eau.

Elles furent donc équipés d’un coffre à outil supplémentaire situé à l’avant, devant la calandre, et fixé par 4 vis papillon sur les 2 montants du châssis.

Blog image

Alors, que range-t’on dans ce coffre à outil ??? Des outils évidemment ! Mais il est également probable qu’on y plaçait le matériel nécessaire à l’utilisation du gonfleur Bavox S2YD, tel que le flexible de gonflage des pneus. J’ai lu un jour sur un forum que le gonfleur Bavox s’y trouvait, mais c’est impossible parce qu’il est trop grand et ne rentre pas dans le coffre. Le gonfleur devait donc être attaché quelque part dans l’habitacle.

Voici 2 photos du coffre que j’ai trouvé pour ma Jeep. Il s’agit d’une pièce originale, mais il y a moyen de trouver de très belles copies chez un revendeur du Sud Est.

Blog imageBlog image

Voici quelques photos de détail :

Les poignées :

Blog image

La fermeture :

Blog image

Et enfin les trous pour fixer les vis papillons sur le châssis avant. Notez que le trou avant est renforcé par une rondelle soudée.

Blog image

En analysant quelques photos, je suis tombé sur une Saharienne de la Légion mais dont le coffre n’est pas couleur sable, mais repeint en kaki. Notez également que cette saharienne ne possède plus son pare-brise d’origine (absence de phare de recherche Auteroche).

Blog image

Je suis également tombé sur une photo d’une Jeep de 1961 possédant ce coffre lors d’une photo prise pendant des manœuvres en 1969. Cette Jeep n’est pas répertoriée comme saharienne. On a donc parfois gardé cette installation fort pratique.

Blog image

Enfin, j’avais dans un de mes premiers articles fait une analyse des Jeep encore présente en Algérie, et il se fait que quasi tous les modèles trouvés sont équipés de ce coffre. Après la guerre, les Algériens ont récupéré pas mal de matériel et ont installé par défaut ce coffre sur leur contingent de Jeep (Cf article :les M201 "Sahara" en Algérie). Comme quoi, les bonnes idées…

Blog image

A+







Quelques nouvelles photosDivers

Posté par Big One 02 déc., 2017 20:18:08

C’est l’hiver et j’en profite pour faire quelques travaux d’entretien sur la Jeep. Je fais une réfection complète des freins arrière : tout était rouillé, et la Jeep tirait vraiment vers la gauche à chaque freinage. J’ai donc tout démonté et j’attends quelques pièces de remplacement pour tout remonter proprement et faire un vrai réglage des freins.

Parallèlement j’ai démonté mon phare de recherche Auteroche. J’ai en effet reçu la poignée qui me manquait. De plus, je m’attends à recevoir sous le sapin une optique originale de ces phares de recherches. J’y reviendrai dans un autre article.

Blog image

Pendant mes temps libres, j’ai réussi à dégoter quelques nouvelles photos de sahariennes sur le Web et comme d’habitude, tout est dans le détail et l’analyse !

Alors d’abord commençons par 2 photos d’une saharienne 6 volts prises lors d’un défilé. Je râle car la résolution de l’image ne permet pas de lire la plaque. Comme détail intéressant on peut noter que la capote est surélevée, montage que l’on retrouve sur certaines sahariennes.

Blog imageBlog image

La photo suivante est également très intéressante, car elle montre une Jeep dont 2 clichés étaient déjà connus. Il s’agit de la 034 254, sahara 6 Volts. Les clichés connus sont les suivants :

Blog imageBlog image

Et je viens de trouver cette magnifique photo d’un barbecue dans le désert, avec en arrière-plan cette même Jeep. Les couleurs et la résolution sont très belles et la photo illustre vraiment la vie des militaires au Sahara après la guerre.

Blog image

Et voici un petit zoom sur la Jeep:

Blog image

Enfin, voici 2 photos d’un défilé du 3ème Groupe de Transport. Elles donnent l’impression d’avoir été prises en cachette tant le cadrage est mauvais. Sur la première on distingue une capote brune de Jeep saharienne :

Blog image

Mais tout l’intérêt se trouve dans la seconde photo. On y distingue une seconde Jeep, sans capote, et équipée d’un rétroviseur central de Berliet (cf. mon article: Rétroviseur Central dans la section "détails de la Jeep Sichler").

Blog imageBlog image

Il se peut dès lors fort probablement que cette Jeep soit la Jeep du Lieutenant-Colonel Sichler, vu que c’est la seule dont j’ai la preuve photographique d’un tel montage.

Noter que la Jeep bâchée possède également une rehausse de la capote, comme mentionné précédemment dans cet article.

A+









A l’ombre des capotes françaisesDivers

Posté par Big One 24 nov., 2017 18:19:05

Nous allons aujourd’hui aborder les bâches ou capotes qui équipaient les Jeep Sahara. Point besoin de se protéger de la pluie dans le désert, par contre le soleil, et particulièrement durant les mois d'été, est tellement agressif qu'il est indispensable de rouler à l'ombre de sa capote pour éviter les insolation.

Tout d’abord nous allons essayer de voir l’équipement standard, puis nous verrons les habituelles exceptions.

Commençons d’abord par analyser les bâches équipant les premiers modèles de Jeep Hotchkiss durant la fin des années 50.

A côté des capotes été américaines, un modèle revient principalement. Il est en toile vert kaki et possède comme particularités une fenêtre arrière en mica fixée dans un cerclage en aluminium, ainsi qu’un rabattant triangulaire cachant une pièce ronde cousue à l’arrière, à gauche de la fenêtre.

Blog imageBlog image

Cette bâche permet l’installation de porte et de côté pour « fermer » totalement la Jeep.

J’ai beau chercher, je ne trouve pas d’utilité à ce rabattant triangulaire. Certains parlent d’un passage pour une antenne radio. On pourrait penser que pour les Jeep sans radio, le rabattant reste fixé devant la pièce ronde cousue. Pour les Jeep Radio, la pièce ronde cousue est percée et permet le passage de l’antenne. Lorsque l’antenne est démontée, on rabat le triangle qui ferme l’ouverture. Ce n’est qu’une supposition.

Toujours est-il que lorsque l’on regarde le MAT 3945, catalogue reprenant les bâches et la sellerie des Jeep Ford Willys et Hotchkiss, on tombe sur le plan de cette bâche avec une petite inscription entre parenthèse : (Sahara).

Blog image

En analysant les photos des sahariennes, on constate que ce modèle fut utilisé en série sur les Jeep Sahara, la couleur vert-kaki laissant place à un brun-marron.

Sur la photo suivante, on peut voir une série de Jeep bâchées devant le Bordj Estienne. Elles possèdent toutes ce modèle de capote :

Blog image

Et sur la photo suivante, on visualise bien la couleur brune de la bâche.

Blog image

Les bâches latérales sont parfois installées sur les sahariennes, comme sur cette photo :

Blog image

Il semble toutefois que toutes les capotes n’étaient pas brunes, comme le prouvent les photos suivantes sur lesquelles la couleur fait plutôt penser à un vert passé par le soleil.

Blog imageBlog image

Sur la Jeep Sichler, on distingue la capote devant le pare-brise, et la couleur est également proche de vert, quasi taupe.

Blog image

Afin de pouvoir conduire avec son képi, il n'est pas rare qu'on place une réhausse de pare-brise, comme sur la jeep de la photo suivante:

Blog image

A côté de ces capotes, on trouve également un modèle plus léger et dont la couleur est plus beige que brune. Ces capotes ne sont pas faites pour être équipées de portes et côtés et leur fenêtre arrière n’est pas fermée par un mica. En voici quelques exemples :

Blog imageBlog image

On remarque que la taille de la fenêtre arrière est beaucoup plus petite que sur le modèle possédant le mica.

Il existe quelques photos de Jeep Sahara dans l’usine Hotchkiss, dont celle-ci qui date de 1963 et montre un des derniers lots de sahariennes (qui ne verront jamais le désert…), mais qui sont équipées d’usine du modèle de capote légère. Malgré le fait que la photo soit en noir et blanc, on peut facilement dire que ces bâches sont de couleur beige clair.

Blog image

J'ai d'abord pensé que les capotes avec le mica, que je qualifierai de capotes lourdes, étaient destinées aux Sahariennes 6 Volt, et que les bâches légères avaient équipé les Sahariennes 24 Volt, mais c'est faux. On trouve les 2 modèles de capotes sur les 2 versions de la Saharienne.

Pour ma rénovation, j’ai trouvé sur Le Bon Coin une capote française d’origine, possédant ses 2 parois latérales. Elle n’est pas brune, mais sa couleur se rapproche assez bien du vert passé dont j’ai parlé plus haut et qu’on voit sur la Jeep Sichler. Elle va devoir subir quelques retouches vu son âge, mais sa patine et sa trame sont superbes.

Blog imageBlog imageBlog imageBlog image

A+













Du boulot pour cet hiverNouvelle(s) pièce(s)

Posté par Big One 22 nov., 2017 12:57:31

Et oui, cette semaine a vu l'arrivée d'un bon nombre de pièces importantes pour la saharienne.

Blog image

Commençons d'abord par un lot venant tout droit du nord de l’Italie. Je suis en contact avec Patrick Tedeschi, un italien possédant la plus belle saharienne restaurée que je connaisse (et je crois que je les connais toutes). Lors de sa restauration, il avait fait faire certaines pièces du circuit d’essence en double, et n’en ayant plus besoin, me les a vendues. J’ai donc reçu ce mardi un colis comprenant le boitier de sélection du réservoir, le collecteur à 4 voies pour le circuit d’essence, les vannes, et le filtre à essence du circuit secondaire (Autopulse, électrique).

Blog imageBlog imageBlog image

Blog image

À cela s’ajoute un jerrican à eau français datant de 1957, mais comme neuf.

Blog image

Parallèlement, j’avais du activer mes contacts hussards pour débloquer une vente sur Le Bon Coin. Un type vend une bâche française, mais ne veut pas l’envoyer par la poste. Je vous ai déjà parlé de ces vendeurs LeBonCoinesque connecté 2.0, mais qui pensent qu’ils vont vendre à un habitant du village d’à côté et donc refusent toute sorte de livraison et n’acceptent que du paiement cash, voire des chèques (Mr Macron, réformez svp, plus de paiements par chèques…). En Belgique, je veux bien comprendre, en moins d’1h de route vous couvrez 90% des zones habitées. Mais en France… Et c’est pas comme si le pays découvre les télécommunications : La France est pionnière. Avant Internet y’avait le Minitel. Oh les gars, vous devriez être habitués à ce mode de communication qui dépasse les frontières (à moins d’être persuadé que Lulu, du 3615 homonyme, habitait au-dessus du café-tabac de votre village…).

Et donc, ce vendeur ne voulant pas envoyer le colis, se proposa de le déposer à la bourse Militaria de Ciney, fin octobre 2017. Le hic, c’est que je n’étais pas en Belgique, et donc cette bâche a été récupérée par des Normands collectionneurs également en visite à Ciney, qui l'ont ramenées en Normandie (ils y possèdent un très beau musée), et l’ont donné à Christian H., le Hussard précité qui possède la plus belle et la seule Saharienne désahariennisée (surtout depuis qu'il a sa nouvelle optique de phare Auteroche...) ! Christian est rentré chez lui à quelques centaines de kilomètres à l'est de la Normandie avec la bâche et me l’a ensuite transmise par Mondial Relay. Grand merci donc à tous les protagonistes de cette transaction surréaliste. Je détaillerai les bâches sahariennes dans mon prochain article.

Blog imageA cela s'ajoute un petit jerrican 10 litres que je dois placer sur le repose-pied côté conducteur (merci Christian à nouveau).

Blog image

Enfin, dernier matériel en attente, les rouleaux de désensablage que j’attends également d’Italie.

Pendant ce temps, je me suis attaqué à la réfection de mes freins arrière. Il était plus que temps.

Blog imageBlog image

A+