Jeep M201 Sahara

Jeep M201 Sahara

T1 Westinghouse, Citroën U23 et Bavox

Lot de bord: compresseur BavoxPosté par Big One 17 oct., 2017 21:46:39

Avant d’aborder la fin de la rénovation du compresseur Bavox S2YD, je voudrais rapidement aborder les compresseurs dont étaient équipés certaines Jeep Willys durant la 2ème guerre mondiale.

Je ne me prétends absolument pas spécialiste et donc je viens de découvrir dans un livre que certaines Jeep étaient équipées d’un gonfleur T1 Westinghouse permettant de regonfler leurs pneus. J’ai évidemment cherché à approfondir et suis tombé sur de nombreuses photos de ces compresseurs. Et l’installation est pour le moins élégante :

Le petit compresseur est attaché au bloc moteur, en avant du carburateur. Une courroie relie le moteur à une roue libre, mais qui une fois enclenchée par un goujon, permet de faire tourner le gonfleur et d’obtenir l’air sous pression.

La Jeep est équipée d’un coffre à outil, mais situé sur le repose pied droit, et qui reçoit les équipements du gonfleur, principalement le flexible en caoutchouc dont la longueur doit permettre évidemment de gonfler les 4 pneus. Ces gonfleurs sont devenus très rares et j’en ai vu en vente pour quelques milliers d’€uros…

L’intérêt de ce système est sa facilité d’utilisation : On sort le tuyau, on ouvre le capot, on enclenche la roue, on branche le tuyau, ensuite moteur en marche et c’est parti.

Rien à voir avec la solution trouvée par Hotchkiss pour ses Jeep sahariennes :

-retirer les 4 écrous et ôter le coffre à outil avant

-fixer le gonfleur Bavox sur une plaque, elle-même attachée sur une plaque à l’aide de 2 boulons. La manipulation n’est pas simple car il faut glisser le gonfleur entre la calandre et le pare-chocs. De plus, la bête fait ses 12 kilos et est donc difficilement maniable.

-Vérifier le positionnement de l’axe d’entrainement

-Fixer le flexible puis enclencher le moteur et commencer à gonfler.

Ensuite, il faut tout re-démonter et tout remettre, mais là aussi je me pose la question de l’endroit où on range le gonfleur dans la Jeep.

Mais pourquoi ne pas avoir installé un compresseur semblable au T1 Westinghouse sur les sahariennes ?

La réponse à cette question est peut-être liée au voltage des Jeep. Les premières Jeep sahariennes sont équipées en 6 Volt et sont identiques au Willys : Le T1 Westinghouse pourrait y être installé sans problèmes. Par contre, sur une Jeep saharienne 24 Volts, le filtre à air se trouve dans le chemin. Peut-être a-t’on anticipé l’arrivée des 24 Volts (car déjà à l’étude lors du lancement des premières sahariennes) et n’a-t ‘on pas retenu la solution ?

Ou alors, autre possibilité, on a cherché une solution hexagonale en se dirigeant vers le spécialiste français de l’air comprimé Bavox, d’autant que cette société avait équipé les camions Citroën U23 d’un gonfleur identique avant-guerre.

J’ai enfin trouvé des infos concernant ces camions Citroën. Ils équipaient l’armée française avant-guerre et furent repris par la Wehrmacht durant la guerre. Le lot de bord de l’armée française comprenait un gonfleur Bavox S2YD. Je suis entré en contact avec un passionné de ce véhicule et il m’a fourni des infos concernant la plaque d’attache sur le pare-chocs avant. Outre la forme de la plaque d’attache qui est semblable à la moustache du Bavox, la distance de l’entraxe des points d’attache est identique.

L'installation est ici très simple par contre. On place le compresseur avec le cylindre légèrement incliné dans l'axe du moteur, contre la plaque de fixation. On le pivote pour faire passer les vis d'attache dans les encoches et on serre les vis papillon. Rapide. Efficace.

Voici quelques photos sur lesquelles on peut voir sur le pare-chocs la plaque d’attache :

Bon, revenons-en à mon petit compresseur.

Tout d’abord, je me suis attaqué aux cuivres, afin de leur redonner leur éclat d’origine.

Ensuite, j’ai brossé et ôté toute la peinture du bloc du compresseur :

L’étape suivante fut la pose d’un apprêt et je me suis permis un premier remontage

Parallèlement à ça, j’ai refait les joints papiers. Ma méthode, je colle de l’adhésif de peintre sur l’ouverture devant recevoir le joint, puis avec un crayon je marque la forme. Je retire l’adhésif et je le place sur le papier à joint. Ensuite, je découpe.

Puis vint la mise en couleur définitive. Je n’avais aucune idée de la couleur originale, mais je suis parti du principe qu’elle devait être la même que la Jeep. Donc peinture en jaune sable puis remontage sans les pièces en cuivres et nouvelle couche de couleur pour obtenir une belle uniformité. Ensuite remontage des élements en cuivre pour les premières photos:

Et la classique "avant": et "après":

Voilà, il est évidemment fonctionnel, mais il faut tourner à la main pour l'instant. Mais je travaille déjà sur le support...

A+













  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post44