Jeep M201 Sahara

Jeep M201 Sahara

Pic-nic dans le désert

DiversPosté par Big One 26 oct., 2017 15:18:24

Il devient de plus en plus difficile de trouver de photos de Jeep sahariennes. J’ai en effet scruté le web de fond en comble, via Google, Yahoo, mais aussi plus spécifiquement via des sites d’anciens sahariens comme celui du 3ème Groupe de Transport. Ce travail de longue haleine m’a permis de trouver quasi une centaine de photos de ces Jeep, d’en identifier les années via l’analyse des plaques, d’étudier les spécificités des modèles 6 Volts et 24 Volts, de déterminer les modifications opérationnelles de ces véhicules, leur passage en unité ainsi que leur vie post-saharienne.

Et donc lorsque je trouve une nouvelle photo montrant une saharienne, l’excitation est à son comble et je recherche à la loupe (CTRL + sur Photoshop) les détails du modèle.

C’est ce qui s’est passé la semaine dernière lorsque je suis tombé sur le site du 3ème GT sur une photo de Gilbert Beneito montrant un pic-nic dans le désert :

Mais pourquoi tant d’excitation pour une photo ne laissant apparaitre que la calandre et une partie avant du capot de la Jeep ?

Mais la plaque d’immatriculation pardi !!!!!

551 0204

Dans l’immatriculation des véhicules militaires, le premier chiffre représente l’armée. Ainsi, l’armée de terre et la gendarmerie se voient associer un 2. L’armée de l’Air un 3, la Marine un 4, et un 5 correspond aux "Autres Services".

Le deuxième chiffre est l’année. Ici le 5 correspond à 1965. Enfin le troisième chiffre permet de définir si le véhicule a été totalement révisé (5), ou si il est dans son état original (1). Ainsi la Jeep 221 2136 appartient à l’armée de terre, a été construite en 1962 et n’a pas subi de révision complète.

Analysons cette plaque:

Le premier chiffre est un 5 : Il correspond à une immatriculation effectuée par l’Armée de Terre, mais pour un service ne dépendant ni de l’Armée de Terre, de l’Air ou de la Marine. Après lecture de la biographie saharienne de son auteur, ce service pourrait être le 621ème GAS (Groupe des Armes Spéciales). Il visait à regrouper les moyens mis par l’armée aux services du CSEM (Centre Saharien d’Expérimentation Militaire) puis du CEMO (Centre d'Expérimentation Militaire des Oasis) et regroupait du personnel provenant des différentes Armes: Infanterie, Artillerie, Train, Marine... Marine??? Et oui, la Marine était présente dans le désert et était responsable de la fourniture en eau et en électricité des bases dans le désert. Sur la photo suivante on voit le bâtiment de la marine nationale sur la base de Hammaguir en 1966.

Notez au passage la Jeep (probablement 6 Volts) garée sur la droite.

Mais revenons à notre Jeep 551 0204. Le deuxième chiffre est plus interpelant. Il s’agit à nouveau d’un 5, qui correspondrait au millésime de la Jeep. Mais le hic c’est que les dernières sahariennes ont été construites en 1963 et n’ont jamais vu le désert (voir article Immatriculation des Sahariennes). Heureusement tout s’explique (merci JLM…) et ce 5 correspond non pas à l’année de fabrication, mais à l’année de ré-immatriculation du véhicule.

Le troisième chiffre précise que le véhicule n’a pas été révisé totalement.

Nous sommes donc face à une Jeep saharienne 24 Volts, datant probablement de 1961 ou de 1962, mais ayant été transféré dans une unité inter-arme dans le courant de l’année 1965.

Il est intéressant de noter que c’est la première et la seule photo que j’ai d’une Jeep M201 (standards et sahariennes confondues) ayant cette immatriculation particulière.

Pour le reste, que pouvons-nous encore dire de cette photo ?

La présence abondante de mandarines plaide pour une prise de vue fin de l’automne, début de l’hiver :

Ceci est confirmé par une température ambiante non-excessive, comme le prouve la forme du Camembert qui semble plus ou moins bien résister à la chaleur:

Les Gauloises Bleues font l’unanimité parmi les participants :

Et enfin au niveau boisson, c’est à la dure : pas de pastis mais du Johnny Walker (une bouteille a déjà rendu l’âme). Il reste de la bière et 2 bouteilles de vin : nul doute que ce fut une belle après-midi.

A+





















  • Commentaires(0)//sahara.jeepbigone.be/#post45